Paroisse Saint-Eustache (Paris 1789)

De Geohistoricaldata Wiki
Aller à : navigation, rechercher

La paroisse Saint-Eustache, l'une des 52 paroisses urbaines de Paris dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, est l'une des circonscriptions structurantes du projet Localisations parisiennes 1780-1810.

Siège pastoral et territoire

Le siège de la paroisse est fixé à l'église saint Eustache, dont l'entrée principale se trouve n°7 (Royal) rue du Jour section Contrat-Social. En 1788, le curé, M. Poupart, demeure n°11 (Royal) rue Trainée, même section (Prévost, Louvre, p. 88, 162).

Territoire de la paroisse Saint-Eustache en 1786. Extrait du plan de Junié - Agrandir le plan
  • Limite sud, d'Est en Ouest : Rue de la Ferronerie puis rue Saint-Honoré, de la rue de la Lingerie à la rue de Richelieu.
  • Limite Ouest, du Sud au Nord : Rue de Richelieu jusqu'au milieu de l'ilot rue Ménard-rue Saint-Marc, puis vers l'ouest rue de Grétry, rue de Grammont, portion ouest du boulevard de la Chaussée d'Antin (entre la rue de Grammont et la rue Louis-le Grand), enfin en remontant vers le Nord, la rue de la Chaussée d'Antin.
  • Limite Nord, d'Ouest en Est : rue Saint-Lazare (ou des Porcherons) entre la Chaussée d'Antin et la rue du Faubourg Montmartre, puis la rue Coquenard ou Notre-Dame-de-Lorette, enfin l'extrémité de la rue Cadet et la rue d'Enfer.
  • Limite Est, du Nord au Sud : rue Sainte-Anne entre la rue d'Enfer et la rue des Petites-Écuries, rue Poissonnière, rue du Petit-Carreau, rue Montorgueil, rue de la Comtesse d'Artois au milieu de l'ilot rue Pavée-rue Mauconseil, rue Mauconseil, rue Saint-Denis, entre la rue Mauconseil et la rue de la Ferronnerie.

Population

Très étendue, la paroisse Saint-Eustache compte 80 000 communiants en 1789. Cette population la place ainsi en deuxième position du diocèse de Paris, derrière la paroisse Saint-Sulpice [1].

Clergé

En 1790, l'abbé Jean-Jacques Poupart (Delarc, l'Église de Paris ..., t. 1, p. 303-305), membre de la Congrégation des Pères de l'Oratoire, curé depuis 1771 (Al. Royal, 1789, p. 103) est encore confesseur de Louis XVI. Sans réelle influence politique, il est renvoyé par Louis XVI début 1791 après avoir prêté le serment constitutionnel et s'être vu élu curé constitutionnel de cette même paroisse[2].

Notes et références

L'origine des informations de cette page se trouve dans : Sources & Références (Paris 1780-1810)
  1. Abbé Delarc, L'Église de Paris pendant la Révolution Française, 1789-1801, Paris, Desclées de Brouwer, s. d. (ca 1900), t. 1, p. 17. (Voir, sur archive.org, le tome 1, le tome 2, le tome 3).
  2. Jean-Christian Petitfils, Louis XVI, Paris, Perrin, 2005, p. 766.