Rue Saint-Honoré - Parcelle n°313 (Empire)

De Geohistoricaldata Wiki
Aller à : navigation, rechercher


Numéros successifs de la parcelle

Les numéros de parcelles correspondent le plus souvent aux numéros des maisons (ou immeubles). À Paris, plusieurs systèmes de numérotation des biens fonciers et immobiliers se succèdent de l'Ancien régime à la période contemporaine. Voir leurs principes respectifs. Rue Saint-Honoré, le système de numérotage se complique pendant la Révolution du fait de la mise en place du numérotage "sectionnaire" et parce que cette artère est limitrophe de 7 sections dont chacune a une logique de numérotage particulière. Voir la vue d'ensemble des sections de la rue Saint-Honoré.

Type (période) Terrier (avant 1780) Royal (1780-1791) Sectionnaire (1791-1805) Empire (depuis 1806) Actuel
Numéro n°294 n°475 n°86-87 n°313 n°201
Rattachement Terrier de la censive du Roi [1] Paroisse Saint-Roch Section Tuileries 1er Arrondissement (ancien) [2] 1er Arrondissement

Correspondance des numéros

Caractéristiques

Cette maison XVIIIe conservée se situe aujourd'hui au n°201 sur la parcelle cadastrée AY 109.

Propriétaire(s) avant 1789

  • Le Nostre, veuve (1701).

« 294 Maison à porte cochère et une boutique appartenant à la dame Veuve le Nostre à l'enseigne A L'ÉPÉE ROYALE. Dame Françoise Langlois, veuve du sieur André Le Nostre, chevalier de l'ordre de Saint-Michel. et contrôleur général ancien des bâtiments de Sa Majesté.. en a passé déclaration...le 6 juin 1701 ... » (AN, Q1 1099-3 f°37 v°, Atlas de la censive du Roi (ca 1700), Pl.5, f°23).

Propriétaire(s) Révolution-Empire

Non identifié.

Propriétaires à partir de 1810

  • Prémorvan, Mme (AN, f/31/7/168). N.B. : annoté Gardel au crayon sur le plan cadastral en référence ci-dessus.

Occupants

  • Baseilhac, Pascal, chirurgien, n°476 (Royal) (1788), n°475 (Royal) (1791), près r. du Dauphin, s. n° (Al. National, an II, p. 487 ; an III, p. 453 ; an V), n°87 (Tuileries) (1798).

« Pascal Baseilhac (1728-1807), vient à Paris le 18 juin 1759. Maître en chirurgie en 1765, il succède après un concours brillant, à Poyet, chirurgien de la Charité. Il fut membre de l'Académie de Chirurgie ; il défendit la mémoire de son oncle dans un ouvrage La taille latérale. » Cet oncle, Jean Baseilhac, frère Côme chez les religieux Feuillants, est un chirurgien renommé, spécialiste des calculs urinaires et de la cataracte, inventeur du lithotome, fondateur en 1753 à Paris d'une infirmerie pour les pauvres, près de la Porte Saint-Honoré. (J. Labougle, « La vie d'un religieux, illustre chirurgien et homme de bien, Frère Côme (1703-1781), originaire de Pouyastruc, Htes Pyrénées », Bulletin de la Société Académique des Hautes Pyrénées, 1939, 86ème année, p. 2-11, n. 2 ; Gallica).
Baseilhac, maître-chirurgien, n°475, (n°611, Liste des citoyens éligibles de la Section des Tuileries, 1790).

  • Bellevue et Cie, débitant de tabac, n°313 (Empire) (1805).
  • Bréchot, médecin, n°313 (Empire) (1805).
  • Capon, tailleur, n°475 (Royal) (1790), n°86 (Tuileries) (1798).

Capon, citoyen, n°475, (enregistré n°301, Liste des citoyens éligibles de la Section des Tuileries, 1790).
« Capon tailleur, n°475 et de section n° 87, vend Gd uniforme de Maréchal de camp, neuf, petit uniforme & capote très peu portée & Habit uniforme neuf du 2d régiment » (Affiches, 5 janvier 1793, p. 53), n°86 (Tuil.).

  • Chappon, boulanger, n°87 (Tuileries) (1798).
  • Garnier, menuisier, n°475 (Royal) (1788, 1790).

Garnier, citoyen, n°475, ("citoyen actif" n°299 sur la Liste des citoyens éligibles de la Section des Tuileries, 1790).
Garnier emploie une vingtaine d'ouvriers et sollicite l'administration des finances de Paris pour qu'elle lui fournisse du numéraire contre des assignats pour pouvoir leur verser leurs salaires (AN, F/30/115, Requêtes des 3 avril, 8 et 19 juin 1790).

  • Greuzart, chirurgien honoraire du roi, n°475 (Royal) (1788), « vis-à-vis St Roch », (Al. Royal, 1788, 1790, p. 611).

Greuzard, chirurgien, près Saint-Roch, s. n°, ("citoyen actif" n°389 sur la Liste des citoyens éligibles de la Section des Tuileries, 1790).

  • Souberbielle, chirurgien, n°75 (Tuil.) (1790), n°86 (Tuil.) (1799-1800), n°66-67 (Tuil.) (1801-1804), n°313 (Emp.) (1805).

Joseph Souberbielle (Pontacq (Basses-Pyrénées), 1754 – Paris, 1848), neveu du frère Côme, feuillant et chirurgien, et "petit cousin" du chirurgien Baseilhach, arrive à Paris avant 1789. Présent le 14 juillet à la Bastille il en est nommé l’un des vainqueurs. Chirurgien-major des Gardes Françaises, chirurgien du Comité de bienfaisance de la section des Tuileries il est également médecin des prisons. C’est à ce titre qu’il intervient auprès de Marie-Antoinette (J. Durieux, Près de la reine Marie-Antoinette, Paris, Les éditions de France, 1933, p. 195-220).
Souberbiel, chirurgien, n°75 [?], ("citoyen actif" n°536 sur la Liste des citoyens éligibles de la Section des Tuileries, 1790).
Souberbielle, médecin de Robespierre, est nommé par lui juré au Tribunal révolutionnaire en septembre 1793, comme Renaudin, l’un de ses autres protégés et Duplay. Bien qu’ayant voté la mort de Marie-Antoinette, mais considéré comme trop faible, et à la différence de Duplay et Renaudin solides et maintenus, il est exclu du jury le 11 juin 1794, lors du renouvellement consécutif au décret du 22 prairial an II, (G. Lenotre, Tribunal Révolutionnaire, p. 229-238). Note : le n°86 (Tuil.) et 313 (Emp.) désignent bien la même maison. Il n’est pas impossible que les n°66 et 67 (Tuil.) cités en 1801-1804 soient des erreurs de transcription au lieu de 86 et 87. Note : Il est très vraisemblable que Souberbielle et Lacaze, tous deux chirurgiens originaires du Sud-Ouest et bien intégrés aux milieux révolutionnaires se soient côtoyés à diverses occasions.

Résidents

Visiter les parcelles voisines

Numéro pair vers l'Ouest Parcelles en vis-à-vis côté Nord Numéro pair vers l'Est
n°304 (Empire)
n°304 (Empire)
n°302 (Empire)
Parcelle contiguë vers l'Ouest Cette parcelle côté Sud Parcelle contigüe vers l'Est
n°315 (Empire)
n°315 (Type Empire)
n°311 (Empire)

Notes et références

Les sources et références générales du projet Localisations parisiennes 1780-1810 sont regroupées dans : Sources & Références (Paris 1780-1810)
  1. Atlas de la censive du Roi, Cinquième plan de la rue Saint-Honoré (AN., Q1 1099-3, Atlas de la censive du Roi, fol. 023 v° pl. 5) Voir le plan.
  2. 4ème Quartier, Tuileries ; Ilots 12 (AN, F/31/73/37). Voir le plan parcellaire en ligne.