1854 Rapport de Vacquer à Haussmann daté du 26 mai

De Geohistoricaldata Wiki
Aller à : navigation, rechercher


BHVP Ms 232 (cote actualisée) [manuscrits Vacquer, dossier n°31 (cote ancienne)] : Ancienne commanderie de Saint-Jean-de-Latran : travaux de démolition (1854-1855) ; tour Bichat ; église Saint-Benoît

Feuillets 236 et 237 [NDLR : il s'agit du brouillon d'un rapport supposé avoir été envoyé au préfet Haussmann, daté du 26 mai 1854].


"les démolitions en cours d’exécution pour le percement de la rue des Écoles"


Rapport à Monsieur le Préfet du Département de la Seine,

Monsieur le préfet,

La commanderie Saint Jean de Latran fut fondée en 1171 sur l’emplacement de l’ancien Clos Bruneau. Il en reste plusieurs bâtiments intéressants dont nous allons parler, et qui pour la plupart se trouvent compris dans les démolitions en cours d’exécution pour le percement de la rue des Écoles.

Les chevaliers de St Jean de Latran ou plutôt de Jérusalem car le surnom de Latran ne fut donné à la commanderie qu'à la suite du 19e concile tenu en cette ville, concile qui consacra et étendit encore les immunités dont jouissait cette commanderie. Ces chevaliers, disons nous, moines autant que soldats, formaient une communauté puissante et riche ; leurs bâtiments étaient considérables et leur enclos, assez étendu, jouissait de prérogatives particulières. L'église était paroissiale, desservie par trois religieux de l"ordre, et avait reçu la sépulture de personnes remarquables, entre autres Jacques de Souvie Commandeur de St Jean de Latran, Grand Prieur de France mort en 1670 et le poëte Crébillon. Supprimé en 1792, cet établissement religieux et hospitalier fut vendu et ses bâtiments en partie démolis.

Cependant il en reste encore quelques uns aujourd'hui. Ce sont : 1° L'église, dont le chœur seul a été démoli il y a un certain nombre d'années, mais postérieurement à son aliénation. 2° Une jolie chapelle attenante au flanc septentrional de l'église ; elle appartient aux premières années du XVe siècle et peut-être aux dernières années du XVe siècle est encore parfaitement conservée et couverte de restes de peintures qui offrent de l’intérêt.

[…] 3p°

Sous le rapport de l’intérêt historique et archéologique, cette tour mériterait bien d’être conservée et son nom de Tour Bichat, qui est consacré par une inscription et par l’opinion publique permettrait d’en faire un monument à la mémoire de l’illustre anatomiste qui y est mort le 22 juillet 1802. Ainsi se trouverait exaucé le vœu de Corvisart qui tenait ces paroles à Napoléon, premier Consul (« Bichat vient de mourir sur un champ de bataille qui a fait plus d’une victime ; personne en si peu de temps n’a fait tant de choses et aussi bien ». Ajoutons qu’il serait possible d’utiliser le monument commémoratif et de lui donner une destination. […] J’ai l’honneur d’être,

Monsieur le préfet, Votre très humble serviteur 26 mai 1854