Rue Saint-Honoré - Parcelle n°267 (Empire)

De Geohistoricaldata Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Maisons n°267-271 (G. Davioud, 1852, II-42, voir Biblio).Original Ville de Paris/BHVP]

Numéros successifs de la parcelle

Les numéros de parcelles correspondent le plus souvent aux numéros des maisons (ou immeubles). À Paris, plusieurs systèmes de numérotation des biens fonciers et immobiliers se succèdent de l'Ancien régime à la période contemporaine. Voir leurs principes respectifs. Rue Saint-Honoré, le système de numérotage se complique pendant la Révolution du fait de la mise en place du numérotage "sectionnaire" et parce que cette artère est limitrophe de 7 sections dont chacune a une logique de numérotage particulière. Voir la vue d'ensemble des sections de la rue Saint-Honoré.

Type (période) Terrier (avant 1780) Royal (1780-1791) Sectionnaire (1791-1805) Empire (depuis 1806) Actuel
Numéro n°323 n°534-535 n°138-139 n°267 n°165 [1]
Rattachement Terrier de la censive du Roi [2] Paroisse Saint-Roch Section Tuileries 1er Arrondissement (ancien) [3] 1er Arrondissement

Correspondance des numéros

La parcelle 323 du terrier du Roi correspond au N°138 (Tuileries) et au N°267 (Empire) comme le montrent la disposition des étals figurant à ces emplacements respectifs sur l'Atlas du terrier de la censive du roi (1700) et sur le plan du cadastre Vasserot-Bellanger (ca 1830).
Prévost (Le provincial, t. 2), indique "Boucheries" au n°532 (Royal) ce qui semble incompatible avec l'indication au n°533 (Royal) de Delacour par l'Almanach Lesclapart pour 1789. On doit en déduire que les numéros utilisés par Prévost et ceux utilisés par Lesclapart sont décalés dans ce segment de la rue Saint-Honoré comme dans plusieurs autres segments de cette rue.

Caractéristiques, historique

BOUCHERIES SAINT-HONORÉ

Les boucheries Saint-Honoré, troisième marché de viande de Paris intra-muros en 1789 et le second rue Saint-Honoré après les imposantes Boucheries de Beauvais à l'extrémité Est de la rue, sont ouvertes sur la rue Saint-Honoré. Elles regroupent en 1789 dix étals de boucher et charcutier, séparés par une allée centrale, ensemble commercial visible tant sur le plan de l'Atlas de la censive de l'archevêché de 1776 que sur le plan du cadastre Vasserot de 1810. Sous l'Ancien régime, la commune de Paris concède annuellement les étals à des locataires membres des corporations concernées. Un arrêté du 14 mai 1791 du corps municipal de Paris, mettant fin aux concessions d'étal dans des lieux non couverts, non fermés n'a pas été appliqué aux boucheries Saint-Honoré, lieu couvert et fermé. D'ailleurs on trouve à cette adresse en l'an IV Héluis et en 1798 Dufau et Roussin, bouchers et charcutier (H. Bourgin, L'industrie de la boucherie pendant la Révolution, p. 92-106).
Il apparait que les Boucheries Saint-Honoré sont parties intégrantes du marché des Quinze-Vingts qui se tient dans la cour, ou passage, des Quinze-Vingts et à laquelle on accède par une deuxième sortie des boucheries.

L'ensemble a été construit au milieu du XVIIe siècle à l'emplacement de la Deuxième Porte Saint-Honoré détruite en 1636 [4].

Comme toutes les maisons anciennes situées rue Saint-Honoré entre la rue de l’Échelle et la rue de Rohan cette maison n°267 (Empire), sur une surface de 773 m² est expropriée puis démolie au plus tard en 1854 dans le cadre des opérations de percement du deuxième tronçon de la rue de Rivoli, décidée en 1848. Son propriétaire et les locataires du moment : Hardy, prop., Aubert, distillateur, Sion huissier, Pelais, Pariset, bénéficient d'indemnités d'éviction fixées par un jury souverain [5]. Comme l'indiquent les plans d'expropriation, le projet d'urbanisme initial prévoyait la construction de nouveaux immeubles sur les trois anciens ilots reconfigurés [6].
Finalement ces parcelles font l'objet d'une opération immobilière unique et d'importance qui amène non seulement la disparition de toutes les maisons anciennes mais aussi celle de la rue Saint-Nicaise et de la rue Saint-Louis .
Sur ce vaste terrain s'élèvent dans la deuxième moitié du XIXe siècle plusieurs immeubles sur des parcelles nouvelles sans correspondance foncière avec le parcellaire ancien.
Aujourd'hui, les immeubles de ce nouvel ilot sont situés respectivement sur les parcelles cadastrées AX 75 (n°159 actuel), AX 76 (n°161 actuel), AX 79 (n°163 actuel), AX 80 (n°165 actuel), AX 82 (n°167 actuel).

Propriétaire(s) avant 1789

Boucherie de Saint-Honoré à divers propriétaires (AN, Q1 1099-3 f°41 r°, Atlas de la censive du Roi (ca 1700), Pl.4)

Propriétaire(s) Révolution-Empire

Non identifié.

Propriétaires à partir de 1810

Non identifié.

Occupants

  • Anglade, Jean, âgé de 72 ans, décédé hier, rue St Honoré, n°139 [Tuil. ] (AH Arch. Paris, Saint-Roch, BMS, 1794-1796, Le 13 fructidor an 4 (29 août 1796) p. 124).
  • Dufeu, Jacques, charcutier, n°139 (Tuileries) (1798).

Françoise Briant, veuve avec deux enfants de Jacques Dufeu, charcutier n°141 [Tuil.], le 9 vendémiaire an VIII [10 octobre 1799], contracte mariage en secondes noces avec Jacques André Hamelin, garçon-charcutier, r. aux Ours (C. Pris, Minutier central, art. 4805, MC/ET/XCIII/227).
Le n°139 où est cité Jacques Dufeu en 1798 n'est qu'une allée marchande. L'adresse au n°141 indiquée ci-dessus désigne le domicile du couple.

  • Héluis, boucher, locataire d'un étal n°138 (Tuileries) (an IV).

Le n°138 (nouveau), étal de boucher du Marché des Quinze-Vingts, est loué à Héluis, boucher, le 2 vendémiaire An IV [24 septembre 1793], reloué rapidement, le 16 floréal an IV [4 mai 1796] au Cn Pillot (Sommier des biens nationaux, t. 1, art. 175, p. 47).
Héluis, boucher est cité en 1798 deux maisons plus loin au n°135 (Tuileries), et en 1805 toujours à ce même endroit renuméroté n°273 (Empire).

  • Pinot (ou Pillot), layettier, n°139 (Tuileries) (1798).

Note : Il pourrait s'agir du locataire successeur d'Héluis.

  • Roussin, boucher, n°139 (Tuileries) (1798).

Résidents

Bibliographie

Visiter les parcelles voisines

Numéro pair vers l'Ouest Parcelles en vis-à-vis côté Nord Numéro pair vers l'Est
n°236 (Empire)
rue des Boucheries
n°234 (Empire)
Parcelle contiguë vers l'Ouest Cette parcelle côté Sud Parcelle contigüe vers l'Est
n°269 (Empire)
n°267 (Empire)
n°265 (Empire)

Notes et références

Les sources et références générales du projet Localisations parisiennes 1780-1810 sont regroupées dans : Sources & Références (Paris 1780-1810)
  1. Il n'y a pas de correspondance exacte entre les numéros actuels et les numéros des époques précédentes du fait du remodelage complet au XIXe siècle des parcelles et des ilots de la rue Saint-Honoré entre la rue de Rohan et la rue de l’Échelle Voir le parcellaire actuel de cette zone, extrait du site officiel https://www.cadastre.gouv.fr.
  2. Atlas de la censive du Roi, Quatrième plan de la rue Saint-Honoré (AN., Q1 1099-3, Atlas de la censive du Roi, fol. 17 v°, pl. 4) Voir le plan.
  3. 4ème Quartier, Tuileries ; Ilot 17 (AN, F/31/73/39). Voir le plan parcellaire en ligne.
  4. Hurtaut et Magny, Dictionnaire historique de Paris, 1779, t. 4, p. 127.
  5. AN, F/21/1707, Préfecture de la Seine, Ville de Paris, Registre des décisions du deuxième jury d'expropriation pour le prolongement de la rue de Rivoli (Arcades), 15 mars 1854 (2ème catégorie, 1ère feuille).
  6. Voir le plan des destructions et des créations des nouveaux ilots (1853).