Rue Saint-Honoré - Parcelle n°196 (Empire)

De Geohistoricaldata Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Charlet, Prise du Palais-Royal, 29 juillet 1830 (BHVP, Ephémères, 4-TOP-02679)

Numéros successifs de la parcelle

Les numéros de parcelles correspondent le plus souvent aux numéros des maisons (ou immeubles). À Paris, plusieurs systèmes de numérotation des biens fonciers et immobiliers se succèdent de l'Ancien régime à la période contemporaine. Voir leurs principes respectifs. Rue Saint-Honoré, le système de numérotage se complique pendant la Révolution du fait de la mise en place du numérotage "sectionnaire" et parce que cette artère est limitrophe de 7 sections dont chacune a une logique de numérotage particulière. Voir la vue d'ensemble des sections de la rue Saint-Honoré.

Type (période) Terrier (avant 1780) Royal (1780-1791) Sectionnaire (1791-1805) Empire (depuis 1806) Actuel
Numéro n°112-113 n°175-179 (?) n°1346-1347 n°196 n°196
Rattachement Censive du Roi [1] Paroisse Saint-Eustache Butte-des-Moulins 2ème Arrdt (ancien) [2] 1er Arrondissement

Correspondance des numéros

  • Identité de configuration de la parcelle n°112 (terrier du roi) et de la parcelle cadastrée n°196 (Empire).

Caractéristiques

L'immeuble XVIIIe est constitué d'un rez-de-chaussée surélevé de quatre étages carrés à 4 croisées, surmonté d'un étage sous comble avec une lucarne ornée d'un frontispice triangulaire (La maison se trouve au-dessus du sabre avec un bonnet, brandi par un manifestant sur la gravure de 1830 ci-dessus). Cette maison est conservée et se trouve sur la parcelle cadastrale actuelle AU 5.

Propriétaire(s) avant 1789

  • Binville propriétaire de la parcelle n°112 à l'enseigne de l’ÉPÉE ROYALE (Terrier du Roi, ca 1720) (AN, Q1 1099-3, f°14 v°).
  • Bezons, propriétaire de la parcelle n°113 à l'enseigne du NOM DE JÉSUS (Terrier du Roi, ca 1720) (AN, Q1 1099-3, f°14 v°).

Propriétaire(s) Révolution-Empire

Non identifié.

Propriétaires à partir de 1810

Cézerac. (AN, F/31/7/211).

Occupants

  • Berger, Md de vin, café, n°177 (Royal) (1788), n°175 (Royal) (1791) , puis traiteur restaurateur n°1347 (Butte) (1798).

Berger cité dans les almanachs à partir de 1788 est soit la veuve, soit de l'un des fils de Nicolas Berger, restaurateur, rue Saint-Honoré, près le Palais-Royal, paroisse Saint-Eustache, né à Paris en 1734, décédé en 1786. Il a épousé en 1768 Jeanne-Françoise Sanson, avec qui il a 10 enfants, et qui continue l'activité commerciale dès son veuvage. (Geneanet, Bertrand Lemaire, Michelle Paufique).

Un membre de la famille Berger fait visiter deux « appartements, l'un au 1er composé de 5 pièces avec gd balcon & chambre de domestique, l'autre au 3ème au-dessus de l'entresol, composé aussi de 5 pièces. Ens. ou séparés. Rue S. Honoré, au coin de la rue des Bons-Enfants. S'adres. au Café. » (Affiches, 8 février 1793, p. 564).

  • Berger, François-Nicolas (1769-), Jean-Baptiste (1770-ca1826), Philippe-Jacques (1771-1817, époux de Jeanne-Catherine Colard), Françoise-Gabrielle-Sophie (1772-1792), Philippe-Valère (1774-), Claude-Philibert (1775-), Jean-Pierre (1776-), Julie (1780-), Alexandrine-Fortunée (1783-), Marie-Louise Isabelle (1786-), enfants de Nicolas Berger et Jeanne-Françoise Sanson.

Ces dix enfants mineurs sont tous vivants en janvier 1787. La plupart d'entre eux demeurent vraisemblablement encore avec leur mère en 1788 (AN, Y 5149B, Registre des tutelles 1-15 janvier 1787, f°809/961 ; Geneanet, Bertrand Lemaire, Michelle Paufique). Philippe-Valère Berger est reconnu coupable de multiples larcins. (AN, Registre des tutelles, Y 5186A, f°382-396.)

  • Gabory, Adam-Robert, maître tailleur, n°1347 (But.) (1805).

Agé de 49 ans, né à Strasbourg, déclare qu’après un séjour à Strasbourg deux ans auparavant, il est revenu sans sa carte de sûreté et en sollicite une nouvelle devant le commissaire de police de la Butte-aux-Moulins (Archives de la Police, Déclarations de pertes de cartes de séjour, pluviôse-messidor an XIII, section Butte des Moulins, 24 nivôse an 13 [14 janvier 1805], AA/122, f°40).

  • Namy, luthier, s. n° (1793).

« Place de la Maison-Égalité, au-dessus d'un Md de vin. » (Affiches, 7 janvier 1793, p. 88)

  • Sanson, Jeanne-Françoise, veuve de Nicolas Berger, traiteur restaurateur (1803).

Jeanne Françoise Sanson, veuve de Nicolas Berger en 1786 poursuit l'activité de son époux, vraisemblablement assistée de certains de ses 10 enfants, en particulier François-Nicolas, né en 1770 (Geneanet, Michelle Paufique). Elle est apparentée à François Daire, marchand de vin, propriétaire d'une maison au n°1476 (Butte).

« Le premier qui aurait pu, à bon droit se plaindre [de notre oubli] est M. Berger, r. Saint-Honoré, près celle du Lycée, l'un des plus anciens restaurateurs de Paris et qui a conservé les qualités qui lui avaient mérité sa réputation. » (Al. Gourmands, 1806, p. 153).

Résidents

Visiter les parcelles voisines

Parcelle contiguë vers l'Ouest Cette parcelle Parcelle contigüe vers l'Est
n°198 (Empire)
n°196 (Empire)
n°194 (Empire)
Parcelles en vis-à-vis côté Sud
n°215 (Empire)
rue Jean-Saint-Denis
n°211 (Empire)

Notes et références

  1. Cette parcelle est portée sur le 2ème plan de l'Atlas du terrier de la Censive du Roi (ca 1700). Voir ce 2ème plan.
  2. 6ème Quartier, Palais-Royal ; Ilot 1 à 3 (AN, F/31/75/22). Voir le plan parcellaire en ligne]