Rue Saint-Honoré - Parcelle n°336 (Empire)

De Geohistoricaldata Wiki
Révision datée du 4 décembre 2020 à 10:37 par Dominique Waquet (discussion | contributions) (Occupants)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
n°336 (actuel) rue Saint-Honoré, (D. Waquet 2018)

Numéros successifs de la parcelle

Les numéros de parcelles correspondent le plus souvent aux numéros des maisons (ou immeubles). À Paris, plusieurs systèmes de numérotation des biens fonciers et immobiliers se succèdent de l'Ancien régime à la période contemporaine. Voir leurs principes respectifs. Rue Saint-Honoré, le système de numérotage se complique pendant la Révolution du fait de la mise en place du numérotage "sectionnaire" et parce que cette artère est limitrophe de 7 sections dont chacune a une logique de numérotage particulière. Voir la vue d'ensemble des sections de la rue Saint-Honoré.

Type (période) Terrier (avant 1780) Royal (1780-1791) Sectionnaire (1791-1805) Empire (depuis 1806) Actuel
Numéro n°45-46-47 n°315-316 n°1495-1497 n°336 n°336
Rattachement Terrier de l'Archevêché Paroisse Saint-Roch Butte-des-Moulins 2e Arrondissement (ancien) [1] 1er Arrondissement

Correspondance des numéros

  • Complexité des configurations de parcelles et aléas de la numérotation.

La parcelle n°45 du terrier en façade sur la rue est longue et très étroite. La parcelle n°47, de même configuration, se trouve enclavée à l'arrière de la 45. On y accède par un très étroit passage jouxtant un petite parcelle N°46 appartenant à Massé. Ce parcellaire, aux accès compliqués, a entraîné des différences de numérotation des portes entre Prévost (Watin) et Jorry, les commissaires de la section adoptant encore une autre logique (La Tynna, 1798).

Ainsi Helman au N° 315 dans La Provincial de Prévost n'ayant pas de raison particulière de déménager sa boutique et surtout son hôtel meublé, se trouve au n°1499 dans La Tynna en 1798 puis n°1497 dans La Tynna en 1799 et 1803. L'abbé de Gorcy est cité chez Lesclapart en 1787 au n°315 (Royal). Mais il est plausible que ce n°315 (Royal) soit un accès de l'ancien "hôtel de Noailles".

  • La correspondance, par similitude de configuration, des parcelles terrier n°45, 46 et 47 avec le n°336 (Empire) est cependant avérée.
  • Présence continue de Helman de 1788 au n°315 (Royal) à 1798 au n°1497 (Butte) puis à 1805 au n°336 (Empire).

Caractéristiques

  • « Jolie boutique, r. s. Honoré, n°1495, occupée dans ce moment par un parfumeur qui vend son fonds. On pourrait s'arranger en louant la boutique qui peut d'ailleurs convenir à un épicier, mercier, Md de toile, drapier et bonnetier. » (Affiches, 26 octobre 1793, p. 4554).
  • « A louer 2 appart. Sur le devant, l'un présentement l'autre pour Pâques, meublés ou non meublés. 1497, vis-à-vis la maison de Noailles. » (Affiches, 27 janvier 1793, p. 372).
  • « A louer plusieurs jolis appartements garnis de pap. & meublés à neuf. Présentement à des députés ou autres personnes. R. S. Honoré, n°1497, la 2d porte cochère au-dessus des Jacobins, vis-à-vis la Convention Nationale.> (Affiches, 3 février 1793, p. 475). »

Les immeubles n°336-338-340 actuels sont réunis dans une seule parcelle cadastrée AZ 19 située face à la rue d'Alger. Cette parcelle porte un important ensemble immobilier construit au XXe siècle en retrait par rapport à l'alignement des immeubles anciens.

Propriétaire avant 1789

En 1780 les trois parcelles n°45-46-47 (terrier) appartiennent à Miller, notaire honoraire (Terrier, t. II/1, p. 153-154). Me Jacques-Thomas Miller a cédé son étude à Me Giard en 1771 (Al. Royal, 1785, p. 405). Doyen des notaires honoraires il décède à son domicile, rue des Tournelles le 21 novembre 1806 (AD 75, Placards de décès, V7E/14, vue 101).

Propriétaire Révolution-Empire

Non identifié.

Propriétaire à partir de 1805

Non déterminé (AN, F 31/7/261).

Occupants

  • Anonyme, parfumeur au n°1495 (1793).
  • Anonyme, portier (1793).
  • Helman, Isidore-Stanilas, graveur, et également maître de maison garnie, officiellement à partir de 1799, n°315 (Royal) (P) (1788, 1791, 1793), n°1497 (Butte) (1799, 1803), n°336 (Empire) (1805).

« face à l'hôtel de Noailles » (Gournay, 1789) (Delalain), graveur de Madame (Journal de Paris, 28 avril 1789, p. 545), « la porte cochère à côté du coutelier. » (Journal de Paris, Supplément n°52 au n°265, 22 sept. 1793), n°1497 (But.),

Le 25 septembre 1790, Isidore-Iaroslav-Henry Helman, graveur à Paris, est présent à l'acte de tutelle d'Abraham Chasselat, 8 ans, fils de Pierre Chasselat, peintre en miniature, en compagnie de Pierre-Joseph Helman, également graveur (AN, Tutelles, Y 5194 B, f°654).

En 1791, Isidore Helman, graveur en taille douce, principal locataire de la maison n°315, s'insurge contre le projet de son voisin Le Roy [banquier, nouveau propriétaire du petit hôtel de Noailles], de faire construire sur sa maison un balcon de 12 pieds de long et 2 de large. (Tuetey, Répertoire, t. 5, p. 347).

Expériences aérostatiques du Sr Blanchard, gravure d’après Wateau par le Sr. Helman (P). Helman, graveur de la Journée du 10 août 1792, d'après les dessins de Monnet, 6 liv. en noir, 12 en couleur. (Affiches, 29 août 1793, p. 3620), Bonaparte à St Cloud, 18 brumaire de l'An VIII, dessiné par Monnet gravé par Helman. (A. Dayot, Napoléon raconté par l'image, Paris, Hachette, 1895, p. 65).

  • Rousseau, coutelier au n°1497 (1793,1798), n°336 (Empire) (1806).
  • Tellier, négociant, n°1497 (But.) (1796).

« Huile superfine d’Aix en Provence, en petits barrils et grandes futailles, à vendre depuis 9 heures jusqu’à 3, chez le cit. Tellierr négociant, n° 1497, rue Honoré, vis avis la Maison de Noailles. » (Journal de Paris, 18 mai 1796, p. 2).

Résidents

avant 1789 1790-1791 1792-1793 1794-1795 1796-1797 1798-1799 1800-1805 après 1805
Ballidart, Depuch de Montbreton, Dumaire, François-Primaudière, Gauthier des Orcières, Hernoux, Hurault, Moutier Baréty, Borel du Bez, Chaillon, Fouché, Gasparin, Izoard, Laa, Levasseur, Seguin, Serres Chaillon, Creuzé-Pascal, Gasparin, Laa, Serres Creuzé-Pascal
  • Ballidart, Jean-Baptiste, seigneur de Lacourt, syndic de la noblesse du département de Vitry, Vitry le François ,député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, 315 [Royal], rue Saint-Honoré (1791) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).
  • Barrety (ou Baréty), Pierre, procureur-syndic du district de Serres, député des Hautes-Alpes, membre de la Convention Nationale, « n°315 [Royal] » (12-92, 4-93) puis « 14 rue Jacob  » (12-93, 12-94).
  • Borel du Bez, Hyacinthe-Marcelin, procureur-syndic du district de Briançon, député des Hautes-Alpes, membre de la Convention Nationale, n°315 (Royal) (12-92, 4-93, ), puis 14 rue Jacob (12-93) (?) et n°1515 [Butte] (12-94).

Note : L'almanach National pour l'an III cite Borel du Bez au n°18, rue Caumartin.

  • Chaillon, Étienne, homme de loi à Montoire, député de Loire-Inférieure à l'Assemblée Nationale Constituante, alors à l'hôtel de Bretagne, rue Traversière (4-90), membre de la Convention Nationale, « Chez Helleman, vis-à-vis l'hôtel de Noailles » [n°315 (Royal)] (12-92, 4-93, 12-93, 12-94). Ensuite, membre du Conseil des Anciens il réside 3 [Royal] rue Caumartin (4-96).
  • 'Creuzé-Pascal, Michel-Pascal, maire de Poitiers, député de la Vienne, membre de la Convention Nationale réside initialement « hôtel du Commerce, rue de Chartres » (12-92, 4-93, 12-93), puis « n°1497 [Butte] rue Saint-Honoré » (12-94) où il continue de résider au début de la législature suivante comme membre du Conseil des Cinq-Cents (4-96).
  • Depuch de Montbreton, Alexandre-Jean, seigneur du Puch, paroisse Saint-Seurin de Prats, capitaine au corps des dragons,député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, 315 [Royal], rue Saint-Honoré (1791) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).
  • Dumaire, Jean-Baptiste, maire royal de Sarreguemines, député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, n°315 [Royal], rue Saint-Honoré (1791) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).
  • François-Primaudière, René, avoué à Sablé, député de la Sarthe à l'Assemblée Nationale Législative « n°315 » ((12-91) puis membre de la Convention Nationale (autre résidence).
  • Fouché, Joseph, principal au collège de Nantes, député de Loire-Inférieure, membre de la Convention Nationale, « Chez un graveur, vis-à-vis l'hôtel de Noailles » n°315 (Royal) (12-92, 4-93, 12-93), puis n°597 rue du Dauphin, (12-94).
  • Gasparin (de), Thomas-Augustin, capitaine d'infanterie, commissaire à l'armée du Midi, député des Bouches-du-Rhône à l'Assemblée Nationale Législative, alors 15 place des Victoires (8-92), membre de la Convention Nationale, n°315 (Royal) (12-92, 4-93, 12-93, 12-94).
  • Gauthier des Orcières, Antoine-François avocat à Bourg, député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, précédemment n°428 (Royal) 315 [Royal], rue Saint-Honoré (1791) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).
  • Hernoux, Charles, négociant à Saintjean de Losne, député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, 315 [Royal], rue Saint-Honoré (1791) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).
  • Hurault, Joseph-Alexandre-Benjamin, curé de Broyes, député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, 315 [Royal], rue Saint-Honoré (1790-1791) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).
  • Izoard, Jean-François-Auguste, procureur syndic d'Embrun, député des Hautes-Alpes, membre de la Convention Nationale, « Chez Helleman n°315 [Royal] » (12-92, 4-93), puis 14 rue Jacob (12-93) et 18 rue Caumartin (1) (12-94). Membre du Conseil des Cinq-Cents, il réside n°445 [Tuileries], puis n°58 (?) rue Saint-Honoré (4-96, 12-98).

(1) Cité à cette adresse dans Al. Nat. pour l'an II, adresse corroborée par une lettre d'Izoard au comité de sûreté générale le 29 nivôse an II, demeurant 18 rue Caumartin, demandant que soit donné une suite à une lettre de Serres (Tuetey, Répertoire, t. 9, p. 65).

  • Laa, Antoine, juge du district d'Oloron, député suppléant des Basses-Pyrénées, devient membre de la Convention Nationale en remplacement de Meillan le 8 août 1793, « n°1497 [Butte] » (12-93, 12-94). Membre du Conseil des Cinq-Cents, il continue initialement de résider à cette adresse puis n°90 (Section ?) rue Saint-Honoré (4-96, 12-98).

Note : L'almanach National pour l'an II, pour l'an III, pour l'an IV le cite n°445 [Royal], rue Saint-Honoré soit à la Maison des Feuillants au n°60 [Tuileries].

  • Levasseur de Sarrebourg, Antoine-Louis, procureur syndic du district de Toul, député de la Meurthe à l'Assemblée Nationale Législative, initialement 798 rue de la Michaudière (12-91), puis « rue Saint-Honoré n°315 [Royal] » (8-92). Membre de la Convention Nationale il est cité comme demeurant ensuite 17 rue du Faubourg Saint-Honoré (12-92, 4-93), puis « rue Saint-Honoré n°1477 [Butte] » (12-93, 12-94).
  • Moutier, Guillaume-Nicoals-Pantaléon, lieutenant général et criminel au baillage de Sézanne, député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, 315 [Royal], rue Saint-Honoré (1790-1791) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).
  • Seguin, Philippe-Charles-François, évêque et vice-président du directoire du département, député du Doubs, membre de la Convention Nationale, n°315 (Royal) (12-92, 4-93), puis n°857, rue de l'Université, où il réside encore comme membre du Conseil des Cinq-Cents (12-93, 12-94, 4-96).
  • Serres, Joseph, capitaine au 2e bataillon des volontaires des Hautes-Alpes, député des Hautes-Alpes, membre de la Convention Nationale, n°315 (Royal) (12-92, 4-93, 12-93, 12-94), puis membre du Conseil des Cinq-Cents, n°67 rue Neuve-des-Mathurins (4-96).

Visiter les parcelles voisines

Parcelle contiguë vers l'Ouest Cette parcelle Parcelle contigüe vers l'Est
n°338 (Empire)
n°336 (Empire)
n°334 (Empire)
Parcelles en vis-à-vis côté Sud
n°335 (Empire)
n°335 (Empire)
n°335 (Empire)

Notes et références

Les sources et références générales du projet Localisations parisiennes 1780-1810 sont regroupées dans : Sources & Références (Paris 1780-1810).
  1. 6ème Quartier, Palais-Royal ; Ilot 12 (AN, F/31/75/31). Voir le plan parcellaire en ligne.