Rue Saint-Honoré - Parcelle n°210 (Empire)

De Geohistoricaldata Wiki
Aller à : navigation, rechercher

Numéros successifs de la parcelle

Les numéros de parcelles correspondent le plus souvent aux numéros des maisons (ou immeubles). À Paris, plusieurs systèmes de numérotation des biens fonciers et immobiliers se succèdent de l'Ancien régime à la période contemporaine. Voir leurs principes respectifs. Rue Saint-Honoré, le système de numérotage se complique pendant la Révolution du fait de la mise en place du numérotage "sectionnaire" et parce que cette artère est limitrophe de 7 sections dont chacune a une logique de numérotage particulière. Voir la vue d'ensemble des sections de la rue Saint-Honoré.

Type (période) Terrier (avant 1780) Royal (1780-1791) Sectionnaire (1791-1805) Empire (depuis 1806) Actuel
Numéro n°120 n°187-192 n°1362-1365 n°210 N. S.
Rattachement Terrier de l'Archevêché [1] Paroisse Saint-Eustache Butte-des-Moulins 2ème Arrdt (ancien) [2] 1er Arrondissement

Correspondance des numéros

  • Identité de configuration de la parcelle n°120 (terrier) et de la parcelle cadastrée n°210 (Empire).

Caractéristiques

  • « Maison à vendre, appelée hôtel Martel, rue Saint-Honoré, entre le Palais-Royal et la rue de Richelieu, consistant en un principal corps de bâtiment, double en profondeur,décoré d'architecture sur la rue Saint-Honoré ayant boutique au rez-de-chaussée, quatre étages carrés de trois croisées de face sur le devant et deux sur la cour, dans laquelle cour est un autre édifice de même élévation et quatre boutiques en menuiserie couverte en ardoises et dans le même alignement que le prédent édifice et à gauche en retour du prncipal corps de bâtiment est une aile simple et étroite en profondeur de même hauteur et quatre croisées de face. Cette maison fait partie des biens appartenant à M. Louis-Philippe, prince français et dont la vente se poursuit sur publications. Produit 5 000 livres/an. » (Bureau de la rue Saint-Magloire, Tableau des biens particuliers et journal des domaines nationaux qui sont à vendre, 31 mars 1792, p. 2).
  • « Appartement de 2 gr. pièces au 4ème au-dessus de l'entresol, susceptible de plusieurs distributions, ayant vu sur la Place de l'Égalité, r. S. Honoré n°192 [Royal], ayant une issue sous les arcades du Théâtre de la République. Pour Pâques. Il peut être occupé sur le champ. S'adres. À Mme Alexis Martin, commissionnaire du Mont-de-Piété, à l'entresol de ladite maison. » (Affiches, 20 mars 1793, p. 1189).
  • Immeubles d'époque démolis pour dégager l'emprise de la place Colette.

Propriétaire(s) avant 1789

  • Martel (de), Charles (Atlas de la censive de l'archevêché de Paris, planche XV)
  • Duc d'Orléans, Louis-Philippe (Parcelle n°120, achetée par le Duc d'Orléans à M. Charles Martel en 1788, Atlas de la censive de l'archevêché, Feuille 15, Tableau de renvoi, et t. II/1, art. 1170, p. 261-262).
  • Vraisemblablement le couple Martin en 1792 ou début 1793.

Propriétaire(s) Révolution-Empire

Non identifié.

Propriétaires à partir de 1810

Sans indication.

Occupants

  • Bordier, ferblantier, n°1360 (But.) (1798), n°210 (Emp.) (1808).

Bordier, associé à Malpas, ferblantiers, ont déposé un brevet pour une lampe à courant d’air, accepté pour 5 ans à partir du 4 mars 1808 (Correspondance du Dépôt des lois, avec les fonctionnaires publics, L. Rondonneau, n°67, 5 juin 1808, p. 1, col. 2).

  • Cheradame, Md de vins, n°1362 (Butte) (1803).
  • Citron, boucher, n°210 (Empire) (1806).
  • Desprées, négociant n°1365 (Butte) (1798).

« Le petit Després, âgé de six ans, rue St. Honoré, n°1362, conçu pendant la menstruation, éprouve à quinze mois une fièvre putride qui se termine par une éruption dartreuse et purulente sur tout le corps, … » (Pierre-Henry Bodard, Des affections scrophuleuses, vulgairement connues sous le nom d'écrouelles ou humeurs froides ; et observations sur l'utilité des feuilles et des racines du tussilage dans le traitement de cette maladie, Paris, Moreau, 1807, p. 29-30).

  • Linger, Catherine, épouse de Lazare Bruandet.
  • Fayol, lingère, n°187 (Royal) (1791).
  • Gay , perruquier n°187 (Royal) (1791).

Déclaration du 11 juillet 1791 d'Alexis Martin, locataire principal d'une maison n°187, dans laquelle Gay, sous-locataire d'un appartement au premier étage, a établi des jeux clandestins. (Tuetey, Répertoire, t. 2, p. 253).

  • Martin, Alexis, entrepreneur de bâtiment, prêteur (1791-1803).

Alexis Martin dont le domicile se situe très vraisemblablement dans la présente maison est également principal locataire de la très proche maison dite de l'Ancienne Civette, au n°1356 (Butte).

  • Martin, Mme, Commissionnaire au Mont de Piété n°192 (Butte) (1793).

Prévost cite un commissionnaire au Mont-de-Piété au n°189 (Royal), même maison.

  • Morillon, limonadier (1798, 1803, noté Moullon).

Présenté comme le concurrent du café de la Régence, qui lui fait face, le café Morisson (sic) est fréquenté « vers 1800 par Boissy d'Anglas, Deschapelles, le général Duchafaul, de Jouy, l'auteur de Ylla et la Bourdonnais, joueurs d'échecs émérites. » (Hénin, t. 1, p. 263).

  • Ponpon, Md de toiles et lingeries, n°192 (Royal) (1788).
  • Roter (ou Rotter), mercier n°192 (Royal) (1791) n°1364 (Butte) (1799).

Résidents

Visiter les parcelles voisines

Parcelle contiguë vers l'Ouest Cette parcelle Parcelle contigüe vers l'Est
n°212 (Empire)
n°210 (Empire)
n°208 (Empire)
Parcelles en vis-à-vis côté Sud
rue de Valois n°247 (Empire)
n°245 (Empire)
n°243 (Empire)

Notes et références

  1. Cette parcelle est portée sur le 2ème plan de l'Atlas du terrier de la Censive du Roi (ca 1700). Voir ce 2ème plan.
  2. 6ème Quartier, Palais-Royal ; Ilot 1 à 3 (AN, F/31/75/22). Voir le plan parcellaire en ligne]