Rue Saint-Honoré - Parcelle n°373 (Empire)

De Geohistoricaldata Wiki
Aller à : navigation, rechercher


Numéros successifs de la parcelle

Les numéros de parcelles correspondent le plus souvent aux numéros des maisons (ou immeubles). À Paris, plusieurs systèmes de numérotation des biens fonciers et immobiliers se succèdent de l'Ancien régime à la période contemporaine. Voir leurs principes respectifs. Rue Saint-Honoré, le système de numérotage se complique pendant la Révolution du fait de la mise en place du numérotage "sectionnaire" et parce que cette artère est limitrophe de 7 sections dont chacune a une logique de numérotage particulière. Voir la vue d'ensemble des sections de la rue Saint-Honoré.

Avertissement : Dans ce segment Sud-Ouest de la rue Saint-Honoré, la relative imprécision graphique de l'Atlas du terrier des censives du Roi (AN, Q1 1099/3, ca 1720), l'ancienneté - par rapport au premier numérotage de type Royal (1780) - des attributions de propriété et de location qui y figurent, l'importance des superficies des couvents et enfin la médiocrité des informations liées aux allotissements consécutifs à leur nationalisation [1] justifient que la correspondance des numéros proposée ici avec la parcelle du terrier ne puisse être envisagé que comme une hypothèse.

Type (période) Terrier (avant 1780) Royal (1780-1791) Sectionnaire (1791-1805) Empire (depuis 1806) Actuel
Numéro n°263 n°411 n°18 n°373 n°267
Rattachement Terrier de la censive du Roi [2] Paroisse Saint-Roch Section Tuileries 1er Arrondissement (ancien) [3] 1er Arrondissement

Correspondance des numéros

  • La correspondance entre le n°411 (Royal), le n°18 (Section Tuileries) et le n°373 (Empire) est assurée par la présence à ces numéros du vicomte de Caulières puis de sa veuve Mme de Pons (voir ci-dessous "Occupants").
  • La correspondance entre le n°373 (Empire) (1815) et le n°267 (1903 et actuel) est déjà établie par Taxil au début du XXe siècle (« Tableau établissant la concordance entre le numérotage...», 1904, p. 34) et confirmée par la similitude de configuration des deux parcelles sur les cadastres Vasserot (1810) et actuel.
  • Voir le positionnement de cette maison sur le plan des propriétés des Dames de l'Assomption.

Caractéristiques

L'immeuble actuel, ancien XIXe, mais d'une date à confirmer, 4 fenêtres en façade, porte d'entrée double à gauche, une boutique, se trouve sur la parcelle cadastrée BD 6.

Propriétaire(s) avant 1789

  • Congrégation de l'Assomption.

« n°263, Maison à porte cochère appartenant aux dames Religieuses de l'Assomption . » (AN, Q1 1099/3, Atlas de la censive du Roi, f°33, v°).

Propriétaire(s) Révolution-Empire

  • Congrégation de l'Assomption, jusqu'à la confiscation des biens du clergé (1790).
  • Domaine national.

« Maison n°18 [S. Tuileries] et 373 nouveau [Empire] Origine : Dames de l'Assomption. Emploi : Immeuble domanial dont l'usufruit appartient à dame Louise-Charlotte-Alexandrine de Pons-Rennepont par bail à vie devant Lhomme (n. du 12 octobre 1773), notaire à Paris, moyennant 50.000 f qui ont été payés au Dames de l'Assomption. Observation : La dame de Pons-Rennepont est actuellement épouse non commune du citoyen Claude-Alexandre-Marie-Gabriel-François Desforges-Gaulllière, demeurant à Nanteuil, commune de Jouarre, département de Seine-et-Marne... Par décret impérial du 30 frimaire an XIII, le bail à vie a été maintenu. Add. superficie 425,46 m² Le bail a vie fut consenti pour 20 000 fr. et non 50 000 l.» (Sommier des biens nationaux, t. 1, art. 145, p. 34-35)

Propriétaires à partir de 1810

  • Domaine National, pour cause de respect de l'usufruit à Mme de Pons et jusqu'à l'opération suivante :

« Vendue le 14 octobre 1823 à la préfecture au sieur François Millet, marchand papetier, rue Montmartre, n°78, pour dans quatre ans et trois mois » (Sommier, t. 1, art. 145, p. 35, n. 2).

  • Millet, propriétaire en 1823, pour jouissance en 1827 (AN, F/31/7/200).

Occupants

  • Caulières (de), Vicomte, n°411 (Royal) (1788 Lesclapart, 1791).

Claude-Alexandre-Marie-Gabrielle Desforges de Caulières (1749-1817), fils de Claude-François-Alexandre, comte de Caulières (1722-1808) et de Marie-Anne de Pont de Rennepont (1723-1808), lieutenant-colonel de Cavalerie, Chevalier de l'Ordre Royal et Militaire de Saint Louis et de l'Ordre de Saint Lazare, époux de Louise-Charlotte-Alexandrine de Pont de Rennepont (née en 1744), usufruitière de cette maison, propriété des Sœurs de l'Assomption. Ils se séparent vers 1791 pour éviter un séquestre. (Sommier, art. 145, p. 35 ; Geneanet, Baudreuil).

  • Magasin des liquides de la garnison de Paris, n°18 (sans section), près la rue Saint-Florentin (an 13)

« Les troupes composant la garnison de Paris sont prévenues que le magasin des liquides qui avait été placé porte Saint-Honoré, dans la caserne des Vétérans, est maintenant établi rue Saint-Honoré, n°18, près celle Saint-Florentin. Le général de Brigade, chef de l'état-major général César Berthier. »(État-major du gouvernement de Paris, Au quartier général le 5 frimaire an XIII).
Note : Sans précision de la section, ce magasin est placé section des Tuileries de préférence à la section Place Vendôme dont le 18 rue Saint-Honoré est plus éloigné de la rue Saint-Florentin.

  • Péborde, médecin, n°373 (Empire) (1806).
  • Pons (de), Madame, locataire principale, usufruitière n°18 (Tuileries) (1798).

Louise-Anne-Charlotte de Pons-Rennepont (1744-1825) a épousé Claude-Alexandre-Marie-Gabriel de Forges, Comte de Caulière, son cousin germain. En effet Claude-Alexandre de Pons-Rennepont, le père de Louise, est le frère de Marie-Anne de Pons-Rennepont (1723--?) la mère de Claude-Alexandre. Ils ont au moins un fils, Charles-Louis de Forges (Vanteuil, 1780 - ?). (Delachesnay-Desbois, Dictionnaire de la Noblesse, 1776, tome XI, p. 413-414 ; Henri-Paul-César de Chastellux, Notes prises aux archives de l'état-civil de Paris, 4, avenue Victoria, brûlées le 24 mai 1871 ; Geneanet, de Pons).

Résidents

Visiter les parcelles voisines

Numéro pair vers l'Ouest Parcelles en vis-à-vis côté Nord Numéro pair vers l'Est
n°398 (Empire)
n°396 (Empire)
n°394 (Empire)
Parcelle contiguë vers l'Ouest Cette parcelle côté Sud Parcelle contigüe vers l'Est
n°375 (Empire)
n°373 (Empire)
n°371 (Empire)

Notes et références

Les sources et références générales du projet Localisations parisiennes 1780-1810 sont regroupées dans : Sources & Références (Paris 1780-1810)
  1. Monin et Lazard soulignent les imprécisions sur l'allotissement de l'ancien couvent de l'Assomption et en particulier l'existence d'une double numérotation des lots selon qu'ils se trouvent près de ce qui est alors la nouvelle rue de Rivoli ou proches de la rue Saint-Honoré (Sommier des biens nationaux, t. 1, « Éclaircissements sur les articles n°148 à 151 » p. 63-64).
  2. Atlas de la censive du Roi, Sixième plan de la rue Saint-Honoré (AN, Q1 1099/3, fol. 28 v°)Voir le plan.
  3. 4ème Quartier, Tuileries ; Ilots 7-8 (AN, F/31/73/33). Voir le plan parcellaire en ligne. A noter que sur cette feuille, il manque le quantième de centaine aux numéros de parcelles. Celle-ci y est donc désignée n°73.