Rue Saint-Honoré - Parcelle n°228 (Empire)

De Geohistoricaldata Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Maisons n°228-226 (G. Davioud, 1852, II-15, voir Biblio).Original Ville de Paris/BHVP]

Numéros successifs de la parcelle

Les numéros de parcelles correspondent le plus souvent aux numéros des maisons (ou immeubles). À Paris, plusieurs systèmes de numérotation des biens fonciers et immobiliers se succèdent de l'Ancien régime à la période contemporaine. Voir leurs principes respectifs. Rue Saint-Honoré, le système de numérotage se complique pendant la Révolution du fait de la mise en place du numérotage "sectionnaire" et parce que cette artère est limitrophe de 7 sections dont chacune a une logique de numérotage particulière. Voir la vue d'ensemble des sections de la rue Saint-Honoré.

Type (période) Terrier (avant 1780) Royal (1780-1791) Sectionnaire (1791-1805) Empire (depuis 1806) Actuel
Numéro n°7 r. du Rempart n°211 n°1380 n°228 N. S.
Rattachement Terrier de l'Archevêché Paroisse Saint-Roch Butte-des-Moulins 2ème Arrdt (ancien) [1] 1er Arrondissement

Correspondance des numéros

  • Identité de configuration des parcelles n°7 rue du Rempart et de la parcelle cadastrée n°228 (Empire).
  • Présence continue de Melle Bastel pendant 25 ans aux n°211 (Royal) (1788-1791), n°1380 (Butte) (1798), n°228 (Empire) (1806-1808-1812)

Caractéristiques

La maison XVIIIe n°228 (Empire) rue Saint-Honoré et n°2 rue du Rempart sur une parcelle de 72 m², est l'objet d'une mesure d'expropriation dans le cadre du prolongement de la rue de Rivoli, décidée en 1848. Les propriétaires et locataires d'alors, Dame Chatain, prop., Questron, fruitier, Vesque, Md de vins, Guyot, bottier, perçoivent des indemnités d'éviction fixées par un jury souverain (AN, F/21/1707, Préfecture de la Seine, Ville de Paris, Deuxième jury d'expropriation pour le prolongement de la rue de Rivoli, 7 avril 1854 (3ème catégorie, 2ème feuille). Cette maison appartient à un îlot lui-même définitivement démoli en application du décret du 15 novembre 1853 décidant l'ouverture de l'avenue de l'Opéra suivant les décisions du baron Haussmann, préfet de police.
L'espace ainsi dégagé, aménagé et décoré de deux fontaines a été nommé Place du Théâtre-Français par décret du 1er février 1877 [2]. En 1977, la Place du Théâtre Français prend le nom de Place André Malraux.

Propriétaire(s) avant 1789

Varin, Pierre et Bénigne, héritiers, en 1776, de leur père Pierre Varin, architecte, propriétaires indivis de la parcelle n°7 rue du Rempart.(Terrier, t. II/1, p. 242).

Bénigne-Joseph Varin est architecte à Blois en 1793 (AN, ET-VI-885, Geneanet, f°1142).

Propriétaire(s) Révolution-Empire

Non identifié.

Propriétaires à partir de 1810

Sans indication.

Occupants

  • Bastel, Melle, marchande de toile et lingerie, n°211 (Royal) (1788-1791), n°1380 (Butte) (1798), n°228 (Empire) (1806-1808-1812).

La citoyenne Bastel, lingère rue Saint-Honoré, héberge l’abbé d’Alibert, prêtre réfractaire dont il semble qu’un frère serait administrateur du département de police au bureau où ils ont été emmenés. (Journal des hommes libres de tous les pays ou Le Républicain, 24 mars 1793, p. 620).

Elle agit comme intermédiaire pour un « homme marié sans enfant, âgé de 35 ans et sa femme sachant travailler en linge qui désirent trouver une place. » (Affiches, 19 juillet 1793, p. 3012).

« À LA PICARDE, au coin de la rue du Rempart, vis-à-vis celle Saint-Nicaise, N° 228, Melle Bastel, tient magasin de toutes sortes de Dentelles, Toiles, Mousselines […] Vous êtes prévenu que l'on ne vend point le Dimanche, ni les Fêtes. », (Factures, 11 mars 1808, 15 juillet 1812, BHVP).

Résidents

Visiter les parcelles voisines

Parcelle contiguë vers l'Ouest Cette parcelle Parcelle contigüe vers l'Est
n°230 (Empire) rue du Rempart
n°228 (Empire)
n°226 (Empire)
Parcelles en vis-à-vis côté Sud
n°261 (Empire)
rue Saint-Nicaise
n°259 (Empire)

Notes et références

  1. 6ème Quartier, Palais-Royal ; Ilot 24 à 26 (AN, F/31/75/40). Voir le plan parcellaire en ligne.]
  2. M. Beck, Ville de Paris, Nomenclature des voies publiques et privées, Paris, Chaix, 1898, p. 645