Rue Saint-Honoré - Parcelle n°370 (Empire)

De Geohistoricaldata Wiki
Révision datée du 4 décembre 2020 à 10:39 par Dominique Waquet (discussion | contributions) (Occupants)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
n°370 (Empire et actuel) (D. Waquet, 2018)

Numéros successifs de la parcelle

Les numéros de parcelles correspondent le plus souvent aux numéros des maisons (ou immeubles). À Paris, plusieurs systèmes de numérotation des biens fonciers et immobiliers se succèdent de l'Ancien régime à la période contemporaine. Voir leurs principes respectifs. Rue Saint-Honoré, le système de numérotage se complique pendant la Révolution du fait de la mise en place du numérotage "sectionnaire" et parce que cette artère est limitrophe de 7 sections dont chacune a une logique de numérotage particulière. Voir la vue d'ensemble des sections de la rue Saint-Honoré.

Type (période) Terrier (avant 1780) Royal (1780-1791) Sectionnaire (1791-1805) Empire (depuis 1806) Actuel
Numéro n°28 n°343 n°86 n°370 n°370
Rattachement Terrier de l'Archevêché Paroisse Saint-Roch Section Place-Vendôme 1er Arrondissement (ancien) [1] 1er Arrondissement

Correspondance des numéros

  • La parcelle n°28 (Terrier) présente une configuration correspondant à celle de la parcelle n°370 (Empire).
  • Présence de Gamba n°86 (Place Vendôme) (1803) et n°370 (Empire) (1806).

Caractéristiques

HÔTEL DE BÉTHUNE ou PETIT HÔTEL CHAROST

L'hôtel dit "Charost" est vraisemblablement ainsi dénommé parce qu'y demeurent le marquis de Béthune-Serres et son épouse, apparentés à la famille Charost, cette dernière propriétaire d'un grand hôtel n°107 (Royal), r. du Faubourg Saint-Honoré (Prévost, tome Louvre, p. 85).

Cet immeuble du début du XVIIIe construit sur les plan de Jules-Robert de Cotte a été transformé vers 1850 et surélevé d'un étage. Il conservé sur la parcelle aujourd'hui cadastrée BC 81 et inscrit à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH) depuis le 21 juillet 1994 pour « sa façade et ses toitures sur rue. » Base Mérimée du Ministère de la Culture, notice PA 00133004. Voir la notice.

L'Hôtel Charost devient un hôtel garni à la fin de 1789. Il accueille plusieurs députés à l'Assemblée Nationale, attirés par la qualité de l'immeuble et principalement par sa proximité avec la Salle du manège.

Propriétaire(s) avant 1789

Ducluzel, François intendant de Tours, propriétaire de la parcelle n°28 depuis 1776 par héritage de son père Léonard du Cluzel. (Terrier, t., II/1, p. 142).

François-Pierre du Cluzel (Paris, 1734 - Tours, 1783), marquis de Montpipeau, époux de Marie-Françoise de Flandres de Brunville (Geneanet, Bruno Revol), a au moins un fils, Pierre-Jean-François du Cluzel et une fille Marie-Thérèse (Bulletin de la société archéologique de Touraine, 1997, t. 45, p. 55). Il n'est pas établi que la maison ait été vendue au marquis de Béthune.

Propriétaire(s) Révolution-Empire

Non identifié.

Propriétaires à partir de 1810

Decossé (AN, F/31/7/277).

Occupants

  • Crozat de Thiers (de), Marie-Thérèse, dame marquise de Béthune, n°343 (Royal) (1788). (L) (P) (H).

Marie-Thérèse de Crozat de Thiers (1735-1809) est l'épouse en secondes noces (1755) d'Armand-Louis de Béthune-Selles (1711-1788), lieutenant-général des Armées du Roi, colonel de cavalerie, colonel général des Suisses, chevalier de Saint-Louis, apparenté à la famille Charost (d'où le nom d'Hôtel de Charost, parfois attribué à leur demeure). Leur troisième enfant, Armande-Pauline, et son mari, le marquis de Gaucourt demeurent dans leur hôtel. (De La Chesnaye, Dictionnaire, t. 3, col. 117-118 ; Wikipedia, Armand-Louis de Béthune ; Geneanet, arbres François Rivalain, Jackie Philippe Manichon).

  • Décossé, Mme, n°370 (Empire) (1807).
  • Deharme, traiteur, hôtel Charost, [n° 343 (Royal)] (1793), ), n°86 (Pl. Vend.) (1795).

« Joli voiture à limonière à 4 pl. commode, légère et bien conditionnée avec harnois, Cabriolets à ses 1ères roues avec strapontin et harnois. Chez le Cit. Deharme, traiteur rue S. Honoré, maison Charost, vis-à-vis les Capucins. S’adres. Pour le prix au Cit. Ledreux, rue S. Honoré, passage St Roch, chez qui il y a des couvertures piquées de la plus grande beauté. » (Affiches, 25 février 1793, p. 842). A vendre une superbe partie de draps de Sedan, bleu national, blanc et écarlate, et autres draps de Louviers et Abbeville. Quatre caisses de belle cassonnade sucre blanc, et 130 grosses bouteilles d’excellent tabac. S’adresser rue Honoré, maison d’Harmes, n°86, vis-à-vis les capucins au second n°8 ». (Journal de Paris, n°295, 15 juillet 1795, p. 6).

  • Gamba, Jacques, négociant, n°86 (Place Vendôme) (1803), n°370 (Empire) (1806).

Originaire de Lombardie, Jacques Gamba est propriétaire d'une papeterie r. Duphot et reste fournisseur de bois de construction pour la Marine. Il fait faillite en 1810 (L. Bergeron, Banquiers…, p. 86, 156, 294).

  • Gaucourt (de), marquis, n°343 (Royal) (1788) (L).

Sylvain-Nicolas-Henri-Raoul de Gaucourt (Bouesse (Indre), 1755 - Paris, 1821), époux en 1779, de Armande-Pauline Charlotte de Béthune-Selles (1759- ?), fille d'Armand Louis de Béthune et de Marie-Thérèse de Crozat de Thiers. (Genenanet,Jackie Philippe Manichon).

  • Guerier, loueur de voiture, n°86 (Place Vendôme)(1798, 1803).
  • Rolin, instituteur, n°86 (Place Vendôme) (1803).

Résidents

  • Audier-Massillon, Bruno-Philibert, Lieutenenat général au siège général de Provence, député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, 343 [Royal], rue Saint-Honoré (1971) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).
  • Audrein, Yves-Marie, vicaire de l'évêque du département de Vannes, député du Morbihan à l'Assemblée Nationale Législative, « n°343 [Royal]» (12-91).
  • Boislandry François-Louis Legrand de, négociant à Versailles, député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, hôtel Charost, 343 [Royal], rue Saint-Honoré (1791) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).
  • Breuvart, Jean-Léonard, curé de Saint-Pierre de Douai, député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, hôtel Charost, 343 [Royal], rue Saint-Honoré (1791) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).
  • Bruges (de), Michel-Antoine-Benoit, prévot de la cathédrale de Mende, vicaire général du diocèse, député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, 343 [Royal], rue Saint-Honoré (1790) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).
  • Buschey des Noës, Adrien-Georges, Conseiller du roi et de Monsieur au bailliage de Bernay, député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, hôtel Charost, 343 [Royal], rue Saint-Honoré (1791) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).
  • Couthon, Georges, président du tribunal de district de Clermont-Ferrand, député du Puy-de-Dôme à l'Assemblée Nationale Législative. Initialement au « n°343 [Royal]» (12-91), il est cité ensuite au n°366 (Royal), maison Duplay.
  • Goudard, Pierre-Louis, négociant à Lyon, député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, hôtel Charost, 343 [Royal], rue Saint-Honoré (1791) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).
  • Jenot, Jean-François, curé de Chesny, député électeur du baillage de Metz, député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, 343 [Royal], rue Saint-Honoré (1790) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).
  • Labat (de), Jacques-Arnaud, négociant à Marseille, député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, hôtel Charost, n°343 [Royal], rue Saint-Honoré (1791) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).
  • Leblanc de Serval, Jean-Baptiste-Benoît, député suppléant des Bouches-du-Rhône devient membre de la Convention Nationale en remplacement de Duprat le 22 nivôse an II [11 janvier 1794]. Il réside « hôtel Charost, rue Saint-Honoré » (12-94).
  • Lejean aîné , Louis, négociant à Marseille, député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, hôtel Charost, 343 [Royal], rue Saint-Honoré (1791) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).
  • Lindet, Robert-Thomas, curé de Sainte-Croix de Bernay, député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, hôtel Charost, 343 [Royal], rue Saint-Honoré (1790-1791) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica). Élu membre de la Convention Nationale il réside à l'hôtel National, 68 rue de la Sourdière (12-92, 4-93, 12-93, 12-94).
  • Millanois, Jean-Jacques-François, bourgeois de Lyon, député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, hôtel Charost, 343 [Royal], rue Saint-Honoré (1791) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).
  • Soubrany (de), Philippe-Aimable, maire de Riom, député du Puy-de-Dôme à l'Assemblée Nationale Législative, « n°343 [Royal] » (12-91, 8-92). Ensuite, membre de la Convention Nationale, il est cité à cette même adresse pendant toute la législature (12-92, 4-93, 12-93, 12-94).

Visiter les parcelles voisines

Parcelle contiguë vers l'Ouest Cette parcelle Parcelle contigüe vers l'Est
n°372 (Empire)
n°370 (Empire)
n°368 (Empire)
Parcelles en vis-à-vis côté Sud
n°361 (Empire)
n°359 (Empire)
n°359 (Empire)

Notes et références

  1. 3ème Quartier, Place-Vendôme ; Ilot 1 (AN, F/31/74/25). Voir le plan parcellaire en ligne.