Passage de Valois (Paris) Parcelles et habitants Révolution-Empire

De Geohistoricaldata Wiki
Aller à : navigation, rechercher

Historique

Les passages de Beaujolais, de Montpensier et de Valois sont créés sur instruction de Louis-Philippe-Joseph d'Orléans, propriétaire du Palais-Royal, alors duc de Chartres (il devient duc d'Orléans en 1785 à la mort de son père puis Philippe-Égalité), dans le cadre d'un réaménagement du jardin du Palais commencé subrepticement en 1781, terminé en avril 1784 et finalement approuvé a posteriori par lettre patente du 13 août 1784 [1].

Le duc de Chartres s'est en effet lancé dans une vaste opération de promotion immobilière dans l'espoir de récupérer d'importantes ressources financières pour rembourser ses multiples dettes. Son projet consiste à créer à l'intérieur du périmètre de son palais et sur trois côtés du jardin, une galerie marchande abritant derrière 180 arcades plus de 200 boutiques réparties dans près de 50 maisons (voir le cadastre Vasserot en note). Chaque maison comporte 3 étages loués avec la ou les boutiques, étages souvent sous-loués par le locataire principal (Gravure dans Champier, op. cit, p. 425). L'espace compris entre les façades du palais anciennement sur jardin et l'ensemble des façades arrière des galeries de pierre forme ces trois passages perpendiculaires ouverts sur le réseau de voirie qui entoure le palais :

Plan de la construction des galeries marchandes par V. Louis, architecte, 1781

- A l'Ouest la rue de Richelieu par le passage de Montpensier,
- au Nord la rue Neuve-des-Petits-Champs par le passage de Beaujolais,
- au Sud-Est la rue Saint-Honoré par le passage de Valois. Le passage de Valois permet de donner accès à ce nouvel ensemble immobilier baptisé "Le Lycée" achevé en 1784 sur l'emplacement de l'ancien Opéra détruit par un incendie en 1781 [2]

En 1788, Prévost dans sa description du Palais-Royal, assure que ces voies ne sont pas encore nommées. [3].

Le passage de Valois est ainsi nommé en l'honneur de Louis-Philippe d'Orléans (1779-1808), deuxième fils de Louis-Philippe-Joseph d'Orléans, duc de Valois de 1773 à 1785. Il prend le nom de rue du Lycée par arrêté de l'administration centrale du département de la Seine du 12 thermidor an VI et prend le nom de rue de Valois par arrêté préfectoral du 27 avril 1814 (Lazare, Dictionnaire des rues de Paris, 1844, p. 654-655). Cette rue existe encore de nos jours.
Cette voie ne doit pas être confondue avec la rue de Valois l'une des six voies ouvertes en juillet 1781 en application d'une lettre patente de Louis XVI du 16 décembre 1779 libérant l'emprise de l'hospice des Quinze-Vingts au bénéfice de la société Seguin et Cie, prête-nom du duc d'Orléans [4].

Paroisse au XVIIIe siècle

Le passage est situé sur le territoire de la paroisse Saint-Eustache

Sections (1790-1805)

Ce passage est rattaché à la section de la Butte-des-Moulins.

Arrondissements (1795-1859)

Ce passage se trouve dans le 6ème Quartier, Palais-Royal, ilot 1 à 3 (AN, F/31/75/22) du 2ème Arrdt (ancien) [5]. Sous la Restauration, la rue de Valois, longue de 377 m, part de la rue Saint-Honoré et se dirige vers le Nord jusqu'au passage du Beaujolais.

  • Rive Ouest, du n°1 au n°43,
  • Rive Est, du n°2 au n°48.

Bibliographie

  • Champier, Victor et Sandoz, Charles-Gustave-Roger, Le Palais-Royal d'après des documents inédits (1629-1900), Société de propagation du livre d'art, Paris, 1900, T. 1, Du cardinal de Richelieu à la Révolution Lire le t. 1 sur Gallica, T. 2, Depuis la Révolution jusqu'à nos joursLire le t. 2 sur Gallica

Notes et références

  1. Voir l'essentiel du texte de la lettre patente dans Lazare, Dictionnaire, 1844, p. 57-58 et dans Champier, Le Palais-Royal,..., t. 1, p. 429 avec un plan.
  2. La Tynna, Dictionnaire des rues de Paris, 1812, p. 267.
  3. Prévost de Saint-Lucien, Le Provincial, t. 1, Quartier du Louvre, p. 124 Consulter et télécharger sur Google livres)
  4. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, 1844, p. 654.Lire en ligne.
  5. . Voir en ligne le plan parcellaire du Palais-Royal tel qu'il figure dans le cadastre Vasserot, ca 1810]