Rue Saint-Honoré - Parcelle n°359 (Empire)

De Geohistoricaldata Wiki
Aller à : navigation, rechercher


Numéros successifs de la parcelle

Les numéros de parcelles correspondent le plus souvent aux numéros des maisons (ou immeubles). À Paris, plusieurs systèmes de numérotation des biens fonciers et immobiliers se succèdent de l'Ancien régime à la période contemporaine. Voir leurs principes respectifs. Rue Saint-Honoré, le système de numérotage se complique pendant la Révolution du fait de la mise en place du numérotage "sectionnaire" et parce que cette artère est limitrophe de 7 sections dont chacune a une logique de numérotage particulière. Voir la vue d'ensemble des sections de la rue Saint-Honoré.

Type (période) Terrier (avant 1780) Royal (1780-1791) Sectionnaire (1791-1805) Empire (depuis 1806) Actuel
Numéro n° 267 n° 423 n°31-32 n°359 n°251 bis
Rattachement Terrier de la censive du Roi [1] Paroisse Saint-Roch Section Tuileries 1er Arrondissement (ancien) [2] 1er Arrondissement

Correspondance des numéros

  • La correspondance avec la parcelle terrier est fournie à titre d'hypothèse du fait de l'imprécision du plan de l'Atlas de la censive du Roi.
  • La correspondance entre le n°423 (Royal) et le n°32 (Tuileries) est assurée par les citations de Trézel.
  • Le Recueil des réserves domaniales de la Ville de Paris indique que « la maison portant le n°251 (type 1880) est construite sur une parcelle constituée par le Domaine National en l'an XI (1803) » et repérée par le N°31 sur le plan d'allotissement ci-dessous.
Anciens couvents de l'Assomption et des Capucins (Plan Jacoubet 1836).
Lots constitués en l'an XI par le Domaine National sur les parcelles des anciens couvents de l'Assomption (n°3) et des Capucins (n°27-31) (Ville de Paris, Recueil des réserves domaniales, 1er arrondissement, 1896, Pl 1, extrait).

Le n°251 cité dans le Recueil correspond apparemment au n°251 bis actuel, comme l'indique l'hypothèse présentée dans le tableau ci-dessous.

ca 1810 Fiches individuelles du cadastre N° type Empire 359 357 ter 357 bis 357
1830 Plan cadastral Vasserot N° type Empire 359 357 355 (partie) 355 (partie) 1
1836 Plan Jacoubet N° type Empire sans numéro 357 357 355
1880 Cadastre (AN PP/11860/B) N° type actuel 251 249 (partie) 249 (partie) 247
2020 Numérotation actuelle 251 bis 251 249 247
2020 Cadastre actuel Parcelle BD 62
1Sur le plan Vasserot-Bellanger trois parcelles bien distinctes reçoivent le même numéro 355.

Caractéristiques

  • Description de 1790

« Maison ... consistant en un corps de bâtiment double sur la rue élevé d'un rez-de-chaussée, d'un 1er étage et d'un étage en mansarde, deux petits bâtiments en aile sur la cour. Dans l'un des quatre est pratiqué l'escalier de ladite maison et dans le fond de la cour un petit bâtiment élevé d'un rez-de-chaussée et d'un 1er étage... En aile de la cour, la cage d'escalier montant de fond avec un cabiner d'aisance sous le dit escalier. Dans le fond de la cour deux serres dont une servant de cuisine. A gauche de ladite cour est un puits mitoyen avec les Capucins... Le 1er étage sur le derrière au-dessus de ladite serre est composé de trois pièces dont deux à cheminée, une desdites éclairée par deux croisées sur le jardin des Capucins et l'autre éclairée sur la cour.» (AN, Q2/121, Comité d'aliénation des biens nationaux, MM. Simon et Jouquet, experts, Rapport d'estimation conformément à l'instruction du Comité d'aliénation de l'Assemblée Nationale en date du cinq juillet mil sept cent quatre vingt dix, Nord de Paris, 3ème subdivision, 10ème lot, maison n°423 [Royal], rue Saint-Honoré, Paris, 22 décembre 1790).

Voir sur archive.org la transcription complète du rapport d'estimation

Plan des n°420, 421-422, 423 (Dominique Waquet, 2020, d'après les annexes aux estimations (AN, Q2/121, 5-7 juillet 1790)

Les numéros 247, 249, 251 et 251 bis (actuels se trouvent sur la parcelle cadastrée BD 62.

Propriétaire(s) avant 1789

Les Capucins

« Parcelle n°267 : Sont deux portes l'une cochère, dépendantes du couvent des Capucins. » (AN, Q1 1099,/3, Atlas de la censive du Roi, ca 1700, f°34, r°).

Propriétaire(s) Révolution-Empire

  • Le Domaine National, à partir de 1790.
  • Delpont, adjudicataire (22 thermidor an XIII)

N°251 (1896 et actuel) Saint-Honoré (5ème lot du Couvent des Capucins) (Voir Pl. 1, Recueil) Vente nationale du 22 thermidor an XIII, Delpont adjudicataire. « L'adjudicataire [en l'an XIII] sera tenu de se conformer aux alignements arrêtés par le Ministre de l'Intérieur ... » (Ville de Paris, Recueil des réserves domaniales, 1er arrondissement, 1896, art. 31, p. 3).

Propriétaires à partir de 1810

  • Petit, propriétaire de la maison reconstruite n°359 (Empire) (AN, F/31/7/194).

Occupants

  • Cuisinier, huilier, près les Capucins, s. n° (1791), n°32 (Tuileries) (1798).

Cuisinier, marchand épicier, réclame le paiement de six termes de loyer échus antérieurement à la Révolution sur le pied de 500 livres par an pour un corps de garde situé près les Capucins, occupé par la garde de Paris. Cette requête concernant des faits antérieurs à 1789 est jugée non recevable par le Conseil Municipal dans sa séance du 11 octobre 1791 (S. Lacroix, Actes de la Commune, 2ème série, t. VII, p. 124).

  • Legros, héritiers, n°423 (Royal) (1790).

Le rapport d'estimation ci-dessus) mentionne que le locataire principal et occupant était le sieur Legros, décédé à la date de l'estimation, ses héritiers le remplaçant à ce jour.

  • Payen, Magdeleine-Victoire, épouse de Pierre Trézel (1785-1800).
A. Pomme (Anonyme, Musée Réattu, Arles)
  • Pomme, André représentant, locataire, n°33 (Tuileries) (an V)

« Maison N° 33 (423 ancien) louée au Cn Pomme, représentant, le 1er nivôse an V [21 décembre 1796] pour 3, 6, 9 années. Nouveau bail au Cn Mouton le 1er nivôse an VIII [22 décembre 1799] pour 3, 6, 9 années, commencé le dit jour. » (Sommier des séquestres, article 155, p. 39-40).
André Pomme, dit Pomme l'Américain est membre de la Convention Nationale du 10 avril 1793 à la fin de la législature le 4 brumaire an IV [26 octobre 1795], puis membre du Conseil des Cinq-Cents du 5 brumaire an IV [27 octobre 1795] à sa sortie sur tirage au sort le 1er prairial an VI [20 mai 1798]. Une semaine plus tard le 8 prairial il est nommé agent maritime à Ostende. (Robert et Cougny, Dictionnaire, t. 5, p. 14).
Note : L'adresse de Pomme comme Conventionnel, apparait pour la première fois en décembre 1793 (Almanach Froullé). Il est alors cité rue Saint-Joseph. En décembre 1794 (Almanach Dufart) il est cité 27 rue des Jeûneurs. On le trouve ensuite résidant au n°377 rue de la Convention (ci-devant du Dauphin) en avril 1796 (Alm. National pour l'an IV). Puis au n°33 Rue Honoré (Alm. Nat an VI), adresse confirmé par la citation du Sommier ci-dessus de décembre 1796 à - décembre 1799 - au plus tard,. Mais comme son successeur dans les lieux en prend possession immédiatement, il a certainement déjà quitté ce logement depuis quelque temps. En décembre 1798, commissionnaire de marchandises, il est cité au n°36 (Tuileries) dans l'Almanach du Commerce pour l'an VII (Voir notice), peut-être du fait d'un mélange entre numéros sur ce domaine des Capucins. Enfin on relève un "Pomme", non-commerçant n°68 (Tuileries) en 1799 et 1800 (Alm. du Commerce).

  • Trézel, Pierre-Jean-Baptiste, épicier, n°423 (Royal) (1788, 1791), n°32 (Tuileries) (1800).

Pierre-Jean-Baptiste Trézel, époux de Magdeleine-Victoire Payen, est le père de Pierre-Hippolyte Trézel, baptisé le 13 août 1785 à Saint-Roch, ce dernier devenant officier, décoré de la Légion d'Honneur en 1814. (Extrait de naissance figurant dans le dossier de Légion d'Honneur de Pierre Trézel, base Léonore, AN LH/2628/34 (Voir le dossier; Geneanet, bourelly).
« Séparation de biens de Madeleine-Victoire Payen et de Pierre-Jean-Baptiste Trézel, son mari, demeurant à Paris, rue Honoré, n°32. » (Insinuations du 2 fructidor an 8 [20 août 1800], Journal du Palais, n°1, 5 vendémiaire an IX, p. 8).

Résidents

  • Baille (ou Bayle), Pierre-Marie, membre du directoire du département, député des Bouches-du-Rhône, membre de la Convention Nationale il réside « n°33 [Tuileries], Maison Cuisinier, marchand d'huile », jusqu'à son suicide à Toulon le 2 septembre 1793 (12-92, 4-93).
  • Delaforge, Jean-Michel Marguerite, avocat au parlement, exerçant en la justice de Châteaudun, député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, 423 [Royal], rue Saint-Honoré (1791) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).
  • Michet, Antoine, juge au tribunal de Villefranche, député de Rhône-et-Loire, membre de la Convention Nationale il réside « n°32 [Tuileries] », pendant toute la législature (12-92, 4-93, 12-93, 12-94). Membre du Conseil des Anciens, il réside au n°529 rue Copeau « au Palais National [Les Tuileries], Pavillon Égalité » (4-96, 12-98).
  • Rebecqui, François-Trophime, commissaire pour l'organisation des districts, député des Bouches-du-Rhône, membre de la Convention Nationale il réside « n°423 [Royal] » jusqu'à sa démission le 9 avril 1793 (12-92, 4-93).

Visiter les parcelles voisines

Numéro pair vers l'Ouest Parcelles en vis-à-vis côté Nord Numéro pair vers l'Est
n°372 (Empire)
n°372 (Empire)
n°370 (Empire)
Parcelle contiguë vers l'Ouest Cette parcelle côté Sud Parcelle contigüe vers l'Est
n°361 (Empire)
n°359 (Empire)
n°357 B (Type Empire) [3]

Notes et références

Les sources et références générales du projet Localisations parisiennes 1780-1810 sont regroupées dans : Sources & Références (Paris 1780-1810)
  1. Atlas de la censive du Roi, Sixième plan de la rue Saint-Honoré (AN, Q1 1099/3, fol. 28 v°)Voir le plan.
  2. 4ème Quartier, Tuileries ; Ilots 10-11 (AN, F/31/73/36). Voir le plan parcellaire en ligne.
  3. Ce n°357 B permet provisoirement de désigner cette parcelle du couvent des Capucins démoli en 1804, tant qu'il n'est pas possible de savoir à quoi correspondent les numéros officiels 357 bis et 357 ter (Empire) qui n'apparaissent par sur la feuille F/31/73/36 du cadastre Vasserot-Bellanger.