Rue Saint-Honoré - Parcelle n°367 (Empire)

De Geohistoricaldata Wiki
Aller à : navigation, rechercher


Numéros successifs de la parcelle

Les numéros de parcelles correspondent le plus souvent aux numéros des maisons (ou immeubles). À Paris, plusieurs systèmes de numérotation des biens fonciers et immobiliers se succèdent de l'Ancien régime à la période contemporaine. Voir leurs principes respectifs. Rue Saint-Honoré, le système de numérotage se complique pendant la Révolution du fait de la mise en place du numérotage "sectionnaire" et parce que cette artère est limitrophe de 7 sections dont chacune a une logique de numérotage particulière. Voir la vue d'ensemble des sections de la rue Saint-Honoré.

Avertissement : Dans ce segment Sud-Ouest de la rue Saint-Honoré, l'imprécision graphique de l'Atlas du terrier des censives du Roi (ca 1720), l'ancienneté, par rapport au premier numérotage de type Royal (1780), des attributions de propriété et de location qui y figurent, justifient que l'enchaînement des correspondances de numéros proposé ici ne puisse être envisagé que comme une hypothèse.

Type (période) Terrier (avant 1780) Royal (1780-1791) Sectionnaire (1791-1805) Empire (depuis 1806) Actuel
Numéro n°265 (partie Est) n°417 n°23 n°367 n°259
Rattachement Terrier de la censive du Roi [1] Paroisse Saint-Roch Section Tuileries 1er Arrondissement (ancien) [2] 1er Arrondissement

Correspondance des numéros

Caractéristiques

La maison XVIIIe est démolie lors du percement du segment sud de la rue Neuve-du-Luxembourg (aujourd'hui rue Cambon). Elle est reconstruite vers 1810 sur des parcelles anciennes fusionnées, repérées par le N°3 sur le plan d'allotissement ci-dessous, aujourd'hui n°259 (actuel) situé sur la parcelle cadastrée BD 21.

Lots constitués en l'an XI par le Domaine National sur les parcelles des anciens couvents de l'Assomption (n°3) et des Capucins (n°27-31) (Ville de Paris, Recueil des réserves domaniales, 1er arrondissement, 1896, Pl 1, extrait).

Propriétaire(s) avant 1789

Les Dames de l'Assomption, propriétaires du bâtiment n°23 [Tuileries], partie de leur maison (Sommier des Biens Nationaux, t. 1, Art. 148, p. 36).

Propriétaire(s) Révolution-Empire

  • Le Domaine National en 1790 par confiscation des biens du clergé.
  • Delpont, François (an XI).

Le 3 floréal an XI [24 avril 1803], ce bâtiment est adjugé à François Delpont, demeurant n°1120 rue de Grenelle. (Sommier des Biens Nationaux, Art. 148, p. 36).

Delpont, fabricant de chapeaux (La Tynna, Almanach du Commerce, an IX), est également adjudicataire de la plupart des lots délimités sur le domaine de l'ancien couvent des Capucins.

Propriétaires à partir de 1810

  • Lécuyer, propriétaire du n°367 (AN, F/31/7/198).
  • Roquencourt, propriétaire en 1880 du n°259 (ancien n°367). (Ville de Paris, Recueil des clauses domaniales,..., 1896, art. 3, p. 1).

Occupants

  • Devret, pâtissier, n°23 (an VIII).

Bâtiment n°23 [S. Tuileries], maison des dames de l'Assomption, loué pour 3 ans à Devret, pâtissier, le 6 prairial an VIII. (Sommier des Biens Nationaux, Art. 148, p. 36).

  • Faugé, Elisabeth-Sophie, n°367 (Emp.) (1807).

Décédée (Affiches de Paris, 14 décembre 1807, p. 5530).

  • Macon, Louis-Étienne, boulanger, n°367 (Emp.) (1807).

(Chambre professionnelle des artisans boulangers-pâtissiers de Paris, Tableau des boulangers de Paris, 1807).

Résidents

Visiter les parcelles voisines

Numéro pair vers l'Ouest Parcelles en vis-à-vis côté Nord Numéro pair vers l'Est
Rue Neuve-du-Luxembourg n°376 (Empire)
n°374 (Empire)
n°374 (Empire)
Parcelle contiguë vers l'Ouest Cette parcelle côté Sud Parcelle contigüe vers l'Est
Rue Neuve-du-Luxembourg (Segment Sud) [3] n°369 (Empire)
n°367 (Empire)
n°365 (Empire)

Notes et références

Les sources et références générales du projet Localisations parisiennes 1780-1810 sont regroupées dans : Sources & Références (Paris 1780-1810)
  1. Atlas de la censive du Roi, Sixième plan de la rue Saint-Honoré (AN, Q1 1099/3, fol. 28 v°)Voir le plan.
  2. 4ème Quartier, Tuileries ; Ilots 10-11 (AN, F/31/73/36). Voir le plan parcellaire en ligne.
  3. Percée en 1805.