Rue Saint-Honoré - Parcelle n°385 (Empire)

De Geohistoricaldata Wiki
Aller à : navigation, rechercher


Numéros successifs de la parcelle

Les numéros de parcelles correspondent le plus souvent aux numéros des maisons (ou immeubles). À Paris, plusieurs systèmes de numérotation des biens fonciers et immobiliers se succèdent de l'Ancien régime à la période contemporaine. Voir leurs principes respectifs. Rue Saint-Honoré, le système de numérotage se complique pendant la Révolution du fait de la mise en place du numérotage "sectionnaire" et parce que cette artère est limitrophe de 7 sections dont chacune a une logique de numérotage particulière. Voir la vue d'ensemble des sections de la rue Saint-Honoré.

Type (période) Terrier (avant 1780) Royal (1780-1791) Sectionnaire (1791-1805) Empire (depuis 1806) Actuel
Numéro n°255 n°398-399 n°6-7 n°385 n°279
Rattachement Terrier de la censive du Roi [1] Paroisse Saint-Roch Section Tuileries 1er Arrondissement (ancien) [2] 1er Arrondissement

Correspondance des numéros

  • Les numéros de type royal et de type sectionnaire sont fournis à titre indicatif. L'absence de personnes citées avec un numéro Royal comme demeurant dans cette extrémité de la rue Saint-Honoré et la mauvaise définition de la limite avec la parcelle voisine n°387 (Empire) gênent l'établissement des correspondances des numéros des trois types.

Caractéristiques

  • « Maison à porte cochère et une boutique tenant par derrière au rempart de la Ville. » (Terrier du Roi, AN, Q1/1099-3, f°32 v°, 1er mai 1688).
  • L'immeuble a été reconstruit à la fin du XIXe siècle et se trouve aujourd'hui sur la parcelle cadastrale BQ 59.

Propriétaire(s) avant 1789

  • Borderelle, David, sculpteur du Royaume, y demeurant (Terrier du Roi, AN, Q1/1099-3, f°32 v°, mai 1688).

Propriétaire(s) Révolution-Empire

Non déterminé.

Propriétaires à partir de 1810

Non déterminé.

Occupants

  • Café du Garde-Meuble, n°398 (Royal) voir Mme Philippe.
  • Chamboissier, négociant, n°385 (Empire) (1805).
  • Daché, avocat, n°398 (Royal) (1790), (enregistré n°296, Liste des citoyens éligibles de la Section des Tuileries, 1790).
  • Duplat, huissier attaché au Tribunal de Paix de la Section des Tuileries, n°6 (Tuil.) (Al. N., an II, p. 472).

Duplat, huissier, s. n°[K], ("citoyen actif" n°694 sur la Liste des citoyens éligibles de la Section des Tuileries, 1790).

  • La Madelaine (de), intendant des finances du comte d’Artois depuis 1786, s. n° « à l'angle de la rue Royale » (Prévost, Hénard) (Al. Royal, 1788, p. 139), n°398 (Royal) (1790).

Delamadeleine, intendant des finances de M. le comte d'Artois, n°398 [K], (Citoyen actif, enregistré n°415, Liste des citoyens éligibles de la Section des Tuileries, 1790).
Note : M. et Mme de La Madeleine sont par ailleurs notés au n°394 (Royal) (Lesclapart 1789/I, p. 226)

  • Liébaud, marchand limonadier, n°7 [Tuileries], citoyen actif de la section des Tuileries, n°566 sur la Liste des citoyens éligibles de la Section des Tuileries, 1790).
  • Moreau, Jean-Baptiste, tapissier, n°403 (Royal), puis n°399 (Royal), n°6 (Tuil.) (1793 ; 1795).

Moreau, tapissier, n°398 [K], ("citoyen actif" n°262 sur la Liste des citoyens éligibles de la Section des Tuileries, 1790).
« Moreau, tapissier, 55 ans, électeur du Département, r. et porte St Honoré, n°6 [Tuil., correspond au n°399(K)] (Al. N., 1793-anII, p. 345), membre du comité de la S. des Tuileries, (Id. p. 535).
Moreau, maître tapissier-miroitier, rue et porte Saint-Honoré, emploie 3 garçons et 2 ouvriers et sollicite l'administration des finances de Paris pour qu'elle lui fournisse du numéraire contre des assignats pour pouvoir leur verser leurs salaires (AN, F/30/115, Requête du 21 avril 1791).
Jean-Baptiste Moreau est décédé le 27 brumaire an IV [18 novembre 1795] à Montigny-Lencour. Sa veuve Marie-Marguerite Doublet fait enregistrer sa succession au bureau n°8 le 26 vendémiaire an V [17 octobre 1796] (AM Paris, DQ7/1700, f°11).

  • Moufle, (noté Moude) marchand de fer, n°6 (Tuil.) (1798), Moufle frères, Md fer, n°385 (Empire) (1805).

Il peut s'agir de Nicolas-François Moufle (ca 1763-après 1816), Md de fer, adjoint au maire du 8ème arrondissement, en 1816, demeurant à cette date r. du Chemin Vert (Al. Royal, 1816, p. 709) ou de l'un de ses nombreux frères. Époux en 1796 de Marie Angélique Souhart dont quatre enfants (Geneanet, marquispacha).

  • Philippe (Mme), Café du garde-meuble, s. n° (1790).

Barbotin, député aux États-Généraux et à l'Assemblée constituante, réside au café du Garde Meuble, n°398 [Royal] en 1791 (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).

Résidents

  • Barbotin, Emmanuel, curé de Prouvy, député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, Café du Garde-Meuble, 398 [Royal], rue Saint-Honoré (1791) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).
  • Benoist, Pierre-François, avocat et notaire royal à Frolois, député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, rue et porte St Honoré au Café du Garde-meuble, rue Saint-Honoré (1790-1791) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).

Visiter les parcelles voisines

Parcelle contiguë vers l'Ouest Parcelles en vis-à-vis côté Nord Parcelle contigüe vers l'Est
Rue Royale Extrémité Ouest de la rue Saint-Honoré n°420 (Empire)
n°418 (Empire)
n°416 (Empire)
Parcelle contiguë vers l'Ouest Cette parcelle côté Sud Parcelle contigüe vers l'Est
n°387 (Empire)
n°385 (Empire)
n°383 (Empire)

Notes et références

Les sources et références générales du projet Localisations parisiennes 1780-1810 sont regroupées dans : Sources & Références (Paris 1780-1810)
  1. Atlas de la censive du Roi, Sixième plan de la rue Saint-Honoré (AN, Q1 1099/3, fol. 28 v°)Voir le plan.
  2. 4ème Quartier, Tuileries ; Ilot 6 (AN, F/31/73/32). Voir le plan parcellaire en ligne.