Rue Saint-Honoré - Parcelle n°362 (Empire)

De Geohistoricaldata Wiki
Aller à : navigation, rechercher

Numéros successifs de la parcelle

Les numéros de parcelles correspondent le plus souvent aux numéros des maisons (ou immeubles). À Paris, plusieurs systèmes de numérotation des biens fonciers et immobiliers se succèdent de l'Ancien régime à la période contemporaine. Voir leurs principes respectifs. Rue Saint-Honoré, le système de numérotage se complique pendant la Révolution du fait de la mise en place du numérotage "sectionnaire" et parce que cette artère est limitrophe de 7 sections dont chacune a une logique de numérotage particulière. Voir la vue d'ensemble des sections de la rue Saint-Honoré.

Type (période) Terrier (avant 1780) Royal (1780-1791) Sectionnaire (1791-1805) Empire (depuis 1806) Actuel
Numéro n°32 n°339 n°90 n°362 n°362
Rattachement Terrier de l'Archevêché Paroisse Saint-Roch Section Place-Vendôme 1er Arrondissement (ancien) [1] 1er Arrondissement

Correspondance des numéros

  • La parcelle n°32(Terrier) présente une configuration correspondant à la parcelle n°362 (Empire).

Caractéristiques

L'immeuble du XVIIIe siècle est démoli. Les immeubles n°362 et 364 (Empire et actuel) forment la parcelle cadastrale actuelle BD 57.

Propriétaire(s) avant 1789

  • Mme Dumesnil, baronne de Saint-Angel, propriétaire de la parcelle n°32 depuis 1778. (Terrier 1772, Pl. 11, t. II/1, p. 143).

La baronne de Saint-Angel propriétaire de cette parcelle est née Marie-Anne-Françoise Delaistre et veuve du baron de Saint-Angel depuis 1776. Martial Clary de Saint-Angel (Clermont-Ferrand 1709 – Clermont-Ferrand, 1776) est conseiller à la Cour des Aides de Clermont-Ferrand nommé le 5 avril 1735, (L'État de la France, Paris, Ganeau, 1749, t. V, p. 435) (AD Puy-de-Dôme, Martial de Clary de Saint-Angel et ses frères, 20 F 112). Il épouse en premières noces Michelle Delaire (1713-1744) (Geneanet, Raymond Rouchon) et en secondes noces (date inconnue) Marie Anne Delaistre. Celle-ci devenue veuve réside à Paris et y décède à la fin de décembre 1789. Les scellés sont apposés à son domicile (Journal de Paris, 22 décembre 1789, p. 1672) et le Journal annonce son décès : « Marie-Anne-Françoise Delaistre, Vve de messire Martial de Clary, chevalier, baron de Saint-Angel, vis-à-vis les Capucins, rue S. Honoré. (Journal de Paris, n°3, 3 janvier 1790, p. 12).

  • Lemoine, Louis-Charles, écuyer contrôleur et inspecteur général du jardin de Marly et valet de garde-robe ordinaire du Roy, est soit acquéreur, soit locataire principal de cette maison à une date non déterminée entre 1778 et 1787.

En effet, sa veuve, Marie-Suzanne Leprince, donne à bail au Dr Colon le 11 août 1787, le premier étage de cette maison et des chambres de domestique (AN ET-XXI-549, Minutes par Pierre-Victor Raffeneau de Lille du 01/07/1787 au 31/08/1787, f°532-535).

Propriétaire(s) Révolution-Empire

Non identifié.

Propriétaires à partir de 1810

Chauvin, (AN, F/31/7/273).

Occupants

  • Anonyme, portier de la maison n°339 (Royal) (1793).

Intermédiaire pour une bonne cuisinière de 32 ans qui cherche une place. (Affiches, 31 octobre 1793, p. 4632).

  • Aumont, fourbisseur, n°362 (Empire) (1806).
  • Boad, comte n°339 (Royal) (1788) (L).
  • Colon, Philibert-Louis, chirurgien, n°339 (Royal) (1790), n°90 (Pl. Vendôme) (1800).

Philibert-Louis Colon est l'époux de Marie-Anne-Antoinette Haniche. Mariés avant 1787 ils transforment leur contrat de mariage le 13 ventôse an VIII en optant pour la séparation de biens. Ils demeurent encore à cette date rue Honoré (Journal du Palais, n°124, 25 ventôse an VIII, p. 8).

Le 11 août 1787, le couple loue, pour 9 ans, à cette adresse, dans la maison appartenant à Dame Marie-Suzanne Leprince, veuve de Louis-Charles Lemoine, écuyer contrôleur et inspecteur général du jardin de Marly et valet de garde-robe ordinaire du Roy : « Le premier étage au dessus de l'entresol, une pièce au rez-de-chaussée, cy-devant en cuisine et actuellement formant une boutique et arrière-boutique avec soupente au-dessus de l'arrière-boutique, cloison en plancher de bois de chêne pour faire la séparation d'arrière-boutique, deux remises dont l'une à gauche du côté du puits, sous le corps de logis du fond de la Cour, l'autre sous le bâtiment en aile, écurie pour deux chevaux, ayant son entrée sous la remise. Les ... qui sont sous le corps de bâtiment du fond de la Cour, deux chambres de domestiques au cinquième étage au-dessus de l'entresol et sous les combles, dont une est séparée par une cloison pour en former deux ainsi que les lieux se poursuivent et comportent sans ne rien excepter ni réserver... Ce bail est fait moyennant le prix et la somme de dix neuf cent soixante livres par année. » (AN ET-XXI-549, Minutes par Pierre Victor Raffeneau de Lille du 01/07/1787 au 31/08/1787, f°532-535).

P.-L. Colon, dit "Colon 2ème" [son frère, dit "Colon 1er", exerce à la Maison du Temple (Al. National, an II, p. 488)], est membre du Collège Royal de chirurgie de Paris, chirurgien du roi, quartier d'avril, près r. St Florentin, s. n° (Al. Royal, 1788, p. 629), ancien chirurgien-major des mousquetaires, chirurgien du roi, par quartier ordinaire, de Madame Adélaïde et de Madame Victoire (Al. Royal 1790, p. 608, 611) (Tab. 91, "Art"), les sœurs de Louis XVI, âgées respectivement de 58 et 57 ans, en 1790 lorsqu'elles émigrent en Italie.

Note : il n'y a pas d'incompatibilité entre l'indication de domicile (près la rue Saint-Florentin), donnée par l'Almanach pour 1788, et la location signée en aout 1787. En effet l'almanach est édité en novembre 1787 et il est vraisemblable que la location au n°362 rue Saint-Honoré débute au 1er janvier 1788.

  • Delaboucheville, n°362 (Empire) (1807).
  • Depesse, n°362 (Empire) (1807).
  • Dupré, Md de vin, Maison de madame Saint-Angel (1793).

« Excellent vin de Chypre de 1760 à 10 liv. la bouteille de Sève, excellent vin de Malaga, à 8 liv. la bouteille, maison de Mme de Saint-Angel. » (Affiches, 2 mars 1793, p. 906).

  • Haniche, Marie-Antoinette, épouse de Philibert-Louis Colon, chirurgien.
  • Lalande, Cn. n°339 (Royal) (1790).

Vend une jolie diligence anglaise neuve (Affiches, 25 août 1790, p. 2575).

  • Mariso (de), Mme, n°339 (Royal) (1788, 1791)(L),
  • Méat, Alexandre, n°90 (Pl. Vend.) (1796) (1797).

Il est le fils de Marie-Catherine Le Dran-Méat dont il déclare la succession le 12 nivôse an IV [1er janvier 1796] (AM Paris, DQ7/1699, Bureau enregistrement n°8, f°126).

Il acquiert, le 1er ventôse an V [19 février 1797] une maison dite hôtel de Tules, n°77 r. du Fbg St Denis, confisquée aux religieux Saint-Lazare (Sommier, art. 1210, p. 440).

  • Papillon, prévôt de la Maréchaussée d'Ile-de France, n°339 (Royal) (1788, 1790, 1791), colonel de la 1ère Légion de Gendarmerie Nationale en 1791 (Alm. Royal, 1792).

« M. Papillon, lieutenant-colonel de Cavalerie, prévôt général de la compagnie de la maréchaussée d'Ile de France, face aux Capucins (Al. Royal, 1790, p. 456).
Fin 1790, un maréchal-des logis de la prévôté au nom des sous-officiers et 95 chasseurs de cette unité, demande à l'Assemblée Nationale que le Sr Papillon soit maintenu dans ses fonctions, après avoir agi comme prévôt avec modération et exactitude pendant plus de 25 ans. « Conformément au vœu de ses subordonnés Papillon devint colonel de la 1ère légion de gendarmerie nationale, comprenant les départements de Paris, Seine-et-Oise et Seine-et-Marne. » Délibération du corps municipal du 31 janvier 1791, S. Lacroix, Actes de la Commune, 2ème série t. II, p. 377.

  • Pujol (de), François, maréchal de camp, n°339 (Royal) (1788) (L).

« François de Pujol, maréchal des camps et armées du roi, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, demeurant à Paris, r. St Honoré, paroisse St Roch, cousin maternel des mineurs de Bruny. » (AN, Tutelles, Y 5151A, 9 mars 1787, f°747).

François de Pujol bénéficie de quatre pensions sur le Trésor Royal : 1753, en considération de ses services, 1763, en la même considération, 1779, « pour joindre à celle de 800 livres qu'il a obtenue sur l'Ordre de Saint-Louis et faire ensemble 1 000 livres qui lui avaient été assurées par ledit Ordre, 1785, en considération de ses services, soit un total de 5 344 livres en 1789. (État des pensions, Troisième classe, p. 490).

« H. & P. François de Pujol, Maréchal des camps & armées du roi, décédé en son hôtel. » (Journal de Paris, 20 mai 1789, p. 638).

  • Rossi, peintre-miniaturiste, n°339 (Royal) (1793).

« Miniatures à 30 livres pour les portraits de femme, 24 pour ceux d'hommes, 12 livres pour le profil en camée et 18 pour le profil fini. Cit Rossi, r. Saint-Honoré, n°339 près Pl. Piques. » (Affiches, 11 octobre 1793, p. 4312).

  • Saint-Angel (de), baronne, propriétaire, n°339 (Royal) (1788) (L).

Voir notice ci-dessus.

Résidents

  • Debry (ou de Brie), Jean, administrateur du département, de Vervins, député du l'Aisne à l'Assemblée Nationale Législative, initialement « n°330 [Royal] » (12-91), puis « n°339 [Royal] » (8-92), adresse où, comme membre de la Convention Nationale puis membre du Conseil des Cinq-Cents il est cité continument (12-92, 4-93, 12-93, 12-94, 4-96, 12-98).
  • Hourier-Eloy, Charles-Antoine, député de la Somme, membre de la Convention Nationale, cité au « n°429, rue de Montpensier », puis hôtel Necker, rue de Richelieu (12-92, 4-93, puis au n°339, rue Saint-Honoré (12-93, 12-94). Membre du Conseil des Cinq-Cents il est cité n°1044 rue Saint-Dominique (4-96, 12-98).
  • Lecarlier, Marie-Jean-François-Philbert, président du district de Chauny, député de l'Aisne à l'Assemblée Nationale Constituante, « n°339 [Royal] » (4-90 ; Brette, États Généraux, t. 2. Gallica), membre de la Convention Nationale (autre résidence).
  • Leleu de la Ville aux Bois, Claude-Antoine, lieutenant en l'élection demeurant à Laon, député aux États-Généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante, n°339 [Royal], rue Saint-Honoré (1790-1791) (Brette, États Généraux, t. 2. Gallica).
  • Lindet, Jean-Baptiste-Robert, homme de loi, député de l'Eure, membre de la Convention Nationale cité au « n°339 [Royal] » (12-92, 4-93, 12-93, 12-94).
  • Souhait, Joseph-Julien, maire de Saint-Dié, député des Vosges, membre de la Convention Nationale, cité au « n°339 [Royal], n°90 [Butte] » (12-92, 4-93, puis n°539, rue du Bac (12-93, 12-94), puis membre du Conseil des Cinq-Cents, 362 rue de Bellechasse (4-96).

Visiter les parcelles voisines

Parcelle contiguë vers l'Ouest Cette parcelle Parcelle contigüe vers l'Est
n°364 (Empire)
n°362 (Empire)
n°360 (Empire)
Parcelles en vis-à-vis côté Sud
n°357 (Empire)
n°355 bis (Empire)
n°355 (Empire)

Notes et références

  1. 3ème Quartier, Place-Vendôme ; Ilot 1 (AN, F/31/74/25). Voir le plan parcellaire en ligne.