Rue Saint-Honoré - Parcelle n°305 (Empire)

De Geohistoricaldata Wiki
Aller à : navigation, rechercher


Numéros successifs de la parcelle

Les numéros de parcelles correspondent le plus souvent aux numéros des maisons (ou immeubles). À Paris, plusieurs systèmes de numérotation des biens fonciers et immobiliers se succèdent de l'Ancien régime à la période contemporaine. Voir leurs principes respectifs. Rue Saint-Honoré, le système de numérotage se complique pendant la Révolution du fait de la mise en place du numérotage "sectionnaire" et parce que cette artère est limitrophe de 7 sections dont chacune a une logique de numérotage particulière. Voir la vue d'ensemble des sections de la rue Saint-Honoré.

Type (période) Terrier (avant 1780) Royal (1780-1791) Sectionnaire (1791-1805) Empire (depuis 1806) Actuel
Numéro n°298 n°480-481 n°91 n°305 n°195
Rattachement Terrier de la censive du Roi [1] Paroisse Saint-Roch Section Tuileries 1er Arrondissement (ancien) [2] 1er Arrondissement

Correspondance des numéros

Les maisons XVIIIe et leurs dépendances situées entre les n°285 et 303 (Empire), elles-mêmes conservées, ont été démolies en 1802 lors de l'ouverture de la rue de Rivoli et des opérations urbanistiques qui lui sont liées comme ici le percement de la rue des Pyramides. Les extraits de plans ci-dessous montrent qu'excepté l'emprise de la rue des Pyramides sur les écuries du Roi, le parcellaire ne semble pas avoir été bouleversé par ces opérations.

Caractéristiques

Le présent immeuble XVIIIe, conservé, se trouve aujourd'hui au n°195 sur la parcelle cadastrée AX 2.

Propriétaire(s) avant 1789

  • Monnet et consorts,

« 298 Maison et boutique,appartenant au Sr Monnet et consorts où était ci-devant LA REALE.
Martin Monnet, officier de feu madame la dauphine, tant pour lui que pour Claude Prieur, maître tireur d'or à Paris et Anne Monnet son épouse, Élisabeth femme de Pierre Girard, officier de la garde du château de Vincennes, Catherine Vérosme, veuve de Germain Belonnet, marchand épicier, ... en a passé déclaration...le 18 juin 1702... » (AN, Q1 1099-3 f°38 r°, Atlas de la censive du Roi (ca 1700), Pl.4)

Propriétaire(s) Révolution-Empire

Non identifié.

Propriétaires à partir de 1810

  • Frémont, veuve (AN, F/31/7/167).

Occupants

Facture Frémont 25 floréal an X à M. Gabriel Beaudiment (BHVP, Ephémères)
  • Frémont, marchand de toiles et lingeries, n°480 (Royal) (1788), rubrique "toiles batistes, mousselines et dentelles", s. n° (Tablettes, 1789), n°482 (Royal), n°91 (Tuileries) (1798, 1803), s. n° (Facture 1802).

Il s'agit très vraisemblablement de Guillaume Frémont, époux de Marie-Dominique Roblastre (AN, Y 5078B, Tutelles, acte du 20 février 1781, f°240), sœur de Louis-Emmanuel Roblastre, épicier, puis rentier au n°79 (Tuil.) à partir de 1799.
Frémont, ancien marchand, s. n°, ("citoyen actif" n°636 sur la Liste des citoyens éligibles de la Section des Tuileries, 1790).
« Rue Saint-Honoré, en face du portail St Roch, Frémont, tient magasin de toiles, mousselines, dentelles, futaines, en gros et en détail. » (Fact., 25 floréal an 10 [15 mai 1802], BHVP, Ephémères).

  • Froidure, Nicolas, commis d'administration, n°91 (Tuileries) (an II).

Nicolas-André-Marie Froidure, (Tours, 1765 - Paris, 1794), ancien commis à la caisse de l'Extraordinaire, administrateur du Conseil Général de Paris, n° 91 S. Tuileries (Al. National, 1793-an II, p. 391, an II p. 387). Le 29 prairial an II, à 29 ans, ex-administrateur de police, il est jugé par le Tribunal Révolutionnaire dans le contexte de la soi-disant conspiration liée à la tentative d'assassinat de Collot d'Herbois par Admiral le 23 mai 1794. « Convaincu de s'être rendu ennemi du Peuple en participant à la conspiration de l'étranger », Nicolas Froidure, avec 52 autres accusés dont son presque voisin J.-B. Portebœuf, est condamné à mort et guillotiné le 29 prairial an II [17 juin 1794]. (Journal de Paris, n°534, 30 prairial an II [18 juin 1794] p. 2157 ; Victimes, 1474, p. 78 ; Wallon, t. 4, Chapitre XLI, p. 213-261 ; Soboul, Le personnel sectionnaire, p. 48).
Note : il pourrait être un fils de la veuve Froidus, demeurant dans la maison voisine.

Fac. Mme Philippe 1808 (BHVP, Ephémères)
  • Gromaire-Rongerie, contrôleur des rentes alternatif, 26ème partie, (Al. Royal, 1790, p. 442), n°482 (Royal) (1791).

Jean Gromaire de Rougerie (1740-1807), écuyer, et son épouse Françoise Geneviève Hornet, présents et consentants au contrat de mariage de leur fille Adélaïde Gromaire de Rougerie avec Claude-Étienne-Marie Bernier de la Durantière, intéressé dans les fournitures du Roi (AN, ET-LIII-603, acte du 11 juillet 1785, f°84).

  • Philippe, Mme, linger, n°305 (Empire) (1808).

« Successeur de Frémont en sa maison n° 305, vis-à-vis le portail St Roch » (Facture à Mme Guiard, 12 septembre 1808, BHVP, Ephémères).

Résidents

Visiter les parcelles voisines

Numéro pair vers l'Ouest Parcelles en vis-à-vis côté Nord Numéro pair vers l'Est
n°298 (Empire)
n°296 (Empire)
n°296 (Empire)
Parcelle contiguë vers l'Ouest Cette parcelle côté Sud Parcelle contigüe vers l'Est
Rue du Dauphin n°307 (Empire)
n°305 (Type Empire)
n°303 (Empire)

Notes et références

Les sources et références générales du projet Localisations parisiennes 1780-1810 sont regroupées dans : Sources & Références (Paris 1780-1810)
  1. Atlas de la censive du Roi, Quatrième plan de la rue Saint-Honoré (AN., Q1 1099-3, Atlas de la censive du Roi, fol. 17 v°, pl. 4) Voir le plan.
  2. 4ème Quartier, Tuileries ; Ilots 13 (AN, F/31/73/38). Voir le plan parcellaire en ligne.